Après les différentes associations de musées et la Fédération des employeurs des arts de la scène qui se sont mobilisés ces derniers jours, ce sont samedi les créateurs des arts de la scène qui interpellent les autorités.

Dans le journal Le Soir, 226 d'entre eux adressent ainsi une carte blanche à la Première ministre Sophie Wilmès, lui demandant d'avoir un calendrier de reprise du travail. Dans ce texte, les artistes, dont majoritairement des femmes, appellent le gouvernement fédéral à se pencher sérieusement sur leur sort et à les intégrer dans les discussions concernant la reprise de leurs activités selon un calendrier clairement établi, écrit Le Soir.

Les signataires font remarquer à Sophie Wilmès qu'elle a évoqué l'ouverture des musées lors de la conférence de presse qui a suivi le conseil national de sécurité du vendredi 24 avril. Mais celle des autres lieux culturels n'a pas été mentionnée, déplorent-ils. "Vous n'avez pas non plus parlé d'une nécessaire survie du secteur culturel", pointent les artistes, alors que la ministre francophone de la Culture Bénédicte Linard avait annoncé quelques heires plus tôt qu'il était actuellement, avec l'horeca, le secteur le plus touché économiquement.

"Il est urgent de comprendre que si nous ne pouvons pas répéter au plus tôt, les spectacles ne seront pas prêts à être joués au moment de l'arrivée du public, et c'est alors l'ouverture générale des théâtres qui sera menacée et, avec elle, nos emplois", préviennent les signataires.

"Des propositions ont été annoncées par la Fédération des employeur.ses des arts de la scène. Nous pensons qu'elles sont le reflet nécessaire des théâtres et institutions, dans une logique économique que nous comprenons et sans laquelle nous ne pourrions exister. Nous pensons aussi qu'elles doivent être complétées en concertation avec l'ensemble des fédérations du secteur et avec toutes celles et tous ceux qui sont au cœur des processus de fabrication des spectacles."

"Nous, artistes et créateur.trices de la scène, souhaitons être pleinement présent.e.s dans la concertation afin de travailler, ensemble, à ce que la rentrée théâtrale de septembre soit maintenue - et ce dans le respect de la santé de tou.te.s.", insistent les 226 signataires.

Ils demandent dès lors à ce que les travailleur.ses de la scène bénéficient non seulement des mesures nécessaires à leur sauvetage économique mais également d'un calendrier de déconfinement leur permettant de poursuivre leurs métiers.