Pas d’amélioration en vue pour le statut de l’artiste. Et le plan de déconfinement n’est pas pour ce mercredi.

On attendait ce mardi, lors de la première “Conférence interministérielle culture”, deux signaux positifs – impliquant différents niveaux de pouvoir – pour répondre aux revendications fortes du secteur culturel. Mais il s’est avéré que c’était encore prématuré, même si chacun parle de réunion constructive et de se revoir plus fréquemment.

Limitée à 60 minutes, la réunion rassemblait la Première ministre Sophie Wilmès, trois de ses ministres (David Clarinval, Nathalie Muylle, Alexander De Croo), et les différents ministres de la Culture : Bénédicte Linard (FWB), Jan Jambon (Flandre), Isabelle Weyckmans (Communauté germanophone), Rudy Vervoort (Bruxelles) et Pascal Smet (Cocon).

Si chacun a estimé que le statut d’artiste nécessitait une amélioration, le sujet a été reporté à une prochaine réunion de cette conférence, à une date non fixée. Rien en particulier n’est encore dit sur une extension “automatique” plus large du droit des “intermittents” pour la durée de la crise, ni sur une aide à tous ces intermittents qui n’ont même pas droit aujourd’hui au chômage artistique et tombent au CPAS.

Procédure à continuer

L’autre point était le calendrier de déconfinement pour donner aux travailleurs de la culture un horizon à court, moyen et long terme afin de préparer concerts, spectacles, tournages etc.

Mardi matin, à la RTBF, la ministre Bénédicte Linard avait annoncé un accord entre les Communautés flamande et française avec des perspectives de reprise progressive en fonction des secteurs “pour les mois de mai, de juin, et l’été”. Ce plan, a fait remarquer Sophie Wilmès, reste soumis à toute une procédure : concertation avec les autres niveaux de pouvoir (comme les germanophones), passage au GESS (le groupe d’experts chargé de l’Exit Strategy) et ensuite seulement au Conseil national de sécurité (CNS). Jan Jambon, qui présidait la réunion de mardi, a alors demandé à tous de faire leurs remarques et de ne pas ébruiter un plan qui reste donc provisoire.

Ce mercredi, le CNS devrait bien aborder la culture mais, a priori, sur des points plus psychologiques. Le secteur attend des propos de compréhension de Mme Wilmès (la Lettre des 300 artistes publiée lundi s’adressait directement à elle) et la confirmation de points déjà acquis : ouverture des musées le 18 mai, reprise des activités déjà possibles en très petits groupes, en respectant les règles sanitaires (répétitions, enregistrements, entraînements, etc.). À confirmer mercredi.