Surprise, le Conseil d’administration de l’ONB (Orchestre National de Belgique) a choisi parmi cinq candidats, Jozef De Witte pour succéder à Albert Wastiaux à la tête de l’institution. Un choix qui devait être entériné par Didier Reynders, le ministre de tutelle. Après 12 ans à la tête de l’ONB, Albert Wastiaux avait annoncé fin décembre son départ pour Bozar où il devient directeur chargé de la coordination opérationnelle. 

Jozef De Witte est bien connu puisqu’il dirigeait depuis onze ans le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme. Il avait dû subir des critiques de la N-VA et avait peu apprécié la nomination de Matthias Storme comme administrateur du Centre. Mais son départ n’est pas lié à cela. 

C’est un choix positif dit-il, mas surprenant car Jozef De Witte, né en 1953 à Zwevegem dans une famille de 15 enfants liée à Bekaert, frère du gouverneur du Brabant Lode De Witte, sorti de la Vlerick school, ne connaît pas la musique.

Il vient comme manager dans un moment crucial. Il n’est pas question de fusionner l’ONB et l’orchestre de la Monnaie mais un rapport va recommander de réduire la taille des deux orchestres et de jouer la complémentarité afin de réaliser une économie sans perdre la spécificité des orchestres.