Décidément, la polémique n'en finit pas d'enfler concernant le "Musée du Chat", qui devrait voir le jour dans les prochains mois en plein cœur de Bruxelles. Si le projet suscite les critiques de certains, jugeant l'investissement financier trop important, il cristallise également les tensions politiques entre majorité et opposition.

Ce mardi matin, par voie de communiqué, le MR bruxellois a dénoncé la "mainmise exclusive" du Ministre-Président Rudi Vervoort (PS) sur les projets muséaux à Bruxelles. Si le parti libéral se dit en faveur du musée de Philippe Geluck, il regrette la manière dont le gouvernement bruxellois et singulièrement l’entourage de son Ministre-Président Rudi Vervoort "s’accaparent à eux-seuls" le pouvoir de décision.

"En vase clos"   

"Depuis que la Région bruxelloise a hérité des compétences relatives aux matières biculturelles d’intérêt régional, on constate que l’élaboration des projets culturels se réalise en vase clos", condamne le député bruxellois Gaëtan Van Goidsenhoven (MR). "C’est un petit monde qui gravite autour du cabinet du Ministre-Président qui fait la pluie et le beau temps, sans aucune concertation avec de nombreux acteurs culturels et sans aucune transparence", dénonce encore le député.

Le MR, dans l'opposition, déplore notamment le manque de concertation du gouvernement bruxellois avec le secteur culturel et les autres partenaires institutionnels, ainsi que son manque d'impartialité dans sa prise de décisions. "Le projet de Philippe Geluck ne doit pas être la victime collatérale de la gouvernance opaque culturelle du Gouvernement bruxellois", conclut Gaëtan Van Goidsenhoven.

"Etonnant"

Contacté par La Libre, le cabinet de Rudi Vervoort s'est dit "étonné" par de telles critiques. "Cela fait plus de cinq ans que l'on travaille sur le projet, avec déjà plusieurs interpellations au Parlement, donc c'est un peu étrange que le MR se réveille seulement maintenant", lance Nancy Ngoma, la porte-parole de Rudi Vervoort, qui insiste sur le processus démocratique et la transparence dont le projet culturel a fait l'objet tout au long de la procédure: "Le projet a fait l'objet de débats publics. Le MR a des députés au Parlement bruxellois et a eu l'occasion de réagir à ce projet et de poser ses questions à plusieurs reprises".

Le cabinet du Ministre-Président affirme également avoir concerté de nombreux acteurs culturels, notamment dans le cadre de l'instruction de la demande de permis: "Le projet du Musée du Chat a entre autres fait l’objet de concertation avec les institutions actives dans le quartier du Mont des Arts". 

"Tout le monde a le droit de s'exprimer sur les projets, en se disant pour ou contre, et c'est très bien car cela enrichit le débat. Mais remettre en question une procédure qui a été initiée en toute transparence il y a plus de cinq ans, c'est un peu étonnant", conclut le cabinet.