"Mais que fait la Wallonie? La Région flamande et la Région bruxelloise ont, dès la première vague, accordé des aides directes aux travailleurs de la culture très gravement impactés par la crise. La Région bruxelloise en est même à sa deuxième série d'aides. Il est inadmissible que ce ne soit pas le cas en Wallonie", a asséné le chef de groupe de l'extrême gauche au parlement wallon, Germain Mugemangango.

"Nous avons interpellé à de très nombreuses reprises la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard. Celle-ci nous répond systématiquement que son gouvernement 'a pris sa part'. Pourtant, seuls les opérateurs culturels déjà subsidiés ont pu bénéficier d'un fonds d'urgence, ce qui laisse beaucoup d'opérateurs et de travailleurs de la culture sur le carreau", a ajouté M. Mugemangango.

"La Fédération Wallonie-Bruxelles subsidie des projets culturels mais ne s'occupe pas des travailleurs. Le Parlement wallon, lui, considère que la culture n'est pas sa compétence. Il y a donc une compétence qui s'est perdue en cours de route. Derrière cette lasagne institutionnelle, on trouve des gens qui n'arrivent plus à remplir leur frigo", a renchéri la députée Amandine Pavet.

Face à ce blocage, le PTB a déposé une proposition de résolution au parlement wallon, visant à mettre en place un fonds d'urgence de 6,7 millions d'euros qui permettrait d'octroyer une aide directe allant jusqu'à 2.000 euros aux quelque 60.000 travailleurs du secteur culturel ayant subi des pertes de revenus.