Nos choix

ÉTOILÉS

Célia fée**

Pari réussi pour Philippe Lafontaine et Célia fée, comédie musicale familiale enjouée malgré quelques longueurs dans cette usine à beaux nuages dont le décor et les costumes des machines déjantées valent eux aussi le coup d'oeil. (L.B.)

Bruxelles, Centre culturel d'Uccle, jusqu'au 7 janvier. Tél. 02.374.64.84 ou 0800.21.221.

En attendant Godot**

Deux types au bord d'une route: ils attendent, scrutent, cherchent un sens. Et d'abord où mène-t-elle? Dans la pièce de Beckett, Lorent Wanson voit une dimension sociale inattendue. Il a rêvé d'un Godot par des gamins, fils de Chaplin, frères de Rosetta. Avec Calo Valenti et Cyril Briant (et Frédéric Hérion, Grégory Praet, Renaud Riga), il a voulu des Vladimir et Estragon d'aujourd'hui, témoignant de la dichotomie d'une jeunesse prise entre l'ennui du rien à faire et un trop-plein d'énergie. Que le jeu s'en libère, et le spectacle délivrera toute sa nuance, entre fidélité et liberté, porté par des comédiens à découvrir. (M.Ba.)

Bruxelles, Théâtre national, jusqu'au 22 décembre. Tél. 02.203.53.03.

L'Imbécile**

Les déboires d'un naïf entouré de bien peu de bienveillance. Patrick Czaplinski met en scène, avec entre autres Daniel Hanssens (en photo), cette parodie de boulevard que l'auteur Pascal Vrébos veut aussi une réflexion sur les valeurs et travers de notre société. Une brillante performance d'acteurs et des éclats de rire assurés. (Y.C.)

Bruxelles, Théâtre royal du Parc, jusqu'au 7 janvier. Tél. 02.505.30.30 ou 0800.21.221.

Love

Comédie**

Lorsque la vie semble banale, on en invente de plus pétillantes, on se fait son cinéma. Marie-Paule Kumps a conçu le texte, parsemé de points de suspension, qu'elle joue avec Stéphane De Groodt. Love comédie est une séance légère et sympathique, du grand écran à la scène, de la scène au grand écran. (S.C.)

Bruxelles, Théâtre de la Toison d'or, jusqu'au 13 janvier. Tél. 02.510.05.10.

Manque*

La pièce la plus apaisée mais non la moins désespérée de Sarah Kane souffre d'une vision trop textuelle et trop peu incarnée dans la mise en scène de Nathalie Mauger. On n'oublie pas cependant le personnage blessé et diffracté de Sabine Weisshaar. (Ph.T.)

Bruxelles, Rideau (Petit théâtre du Palais des Beaux-Arts), jusqu'au 22 décembre. Tél. 02.507.82.00 - 02.507.83.61 - 0800.21.221.

Le Prince de la Pluie**

Saïd Bahaïd, seul en scène, nous livre le conte de René Bizac pour lequel il habite tous les personnages avec une énergie déconcertante. L'introspection d'Ounzar nous mène de l'hôpital de Saint-Josse, où son fils va bientôt naître, au bazar franco-arabe de son oncle à Tanger où le jeune homme en quête de repères se retrouve un peu touriste en son pays. (S.C.)

Bruxelles, Théâtre le Public, jusqu'au 31 décembre. Tél. 0800.944.44.

Le Tour d'écrou***

Frank Dunlop signe un spectacle virtuose avec une Delphine Charlier éblouissante d'ambiguïté et de présence et un Leonil McCormick polymorphe. La nouvelle adaptation scénique du roman de Henry James pointe la question du sexe et du pouvoir dans les relations entre adultes et enfants, avec, face à l'irruption du Mal, un humour décalé qui donne parfois froid dans le dos. (Ph.T.)

Ittre, la Valette, jusqu'au 31 décembre. Tél. 067.64.81.11.

Trainspotting**

La pièce, tirée du roman d'Irvine Welsh et créée en 1996 dans la mise en scène de Derek Goldby, a tourné et est de retour à Bruxelles. En séances scolaires et tout public, une âpre histoire plantée dans l'Écosse du sinistre économique.

Bruxelles, Théâtre de Poche, jusqu'au 6 janvier. Tél. 02.649.17.27.

Suite de nos choix

en page 19

© La Libre Belgique 2000