NOS CHOIX

ÉTOILÉS

Eppur si muove **

En 1993, les comédiens de la Mezza Luna Ann de Fonvent et Michel Delamarre créaient, à partir d'extraits des «Dix petites pièces philosophiques» de l'érudit Leopardi (1798-1837), un spectacle savoureux, piquant et sucré. Les mêmes, en leur nouveau lieu liégeois, donnent une vie nouvelle à ce «Et pourtant, elle tourne...». Le spectateur est soumis à une prise de conscience de la bêtise humaine. Un spectacle poétique et malicieux criant d'ironie et de vérité. (R.K.)

Liège, Théâtre de la Mezza Luna, les 11, 12, 13 janvier. Tél. 04.222.03.60.

Grand galop **

La reprise à Louvain-la-Neuve de ce spectacle créé par le Rideau en février 1999 nous permet de retrouver Jacqueline Bir, par ailleurs fort discrète cette saison. Seule en scène, elle incarne Diana Vreeland, grande-prêtresse américaine de la mode, ex-rédactrice en chef du prestigieux magazine «Vogue». Au creux de la vague elle a été remerciée quelque peu brutalement , cette «battante» masque sous sa superbe de réelles blessures. Dans la mise en scène ludique d'Adrian Brine, Jacqueline Bir brille de tous ses feux, mais le texte, inspiré d'un personnage réel, nous a laissé l'impression d'une oeuvre mineure. (Ph.T.)

Louvain-la-Neuve, Théâtre Jean Vilar, jusqu'au 31 janvier. Tél. 0800.25.325.

In between ****

Rarement une «étape de travail» aura atteint pareil aboutissement. C'est dans l'optique à plus long terme d'un «Tierkreis» d'après Stockhausen (à venir, cette année, aux Tanneurs) que Michèle Noiret créa ce quatuor chorégraphique (avec Bud Blumenthal, Stéphane Hisler et Mélanie Munt). Scénographie, images (Paolo Atzori) et son (Todor Todoroff) interagissent avec une danse où l'invention et la rigueur rencontrent les technologies les plus pointues. Non comme un affrontement aucun des ingrédients ne perd ici son âme mais dans une articulation organique. Une noce magique, un grand moment. (M.Ba.)

Louvain, Stadschouwburg, le 11 janvier. Tél. 016.22.21.13.

Incredibly incroyable ***

Culotté, ce Bertrand Bossard. Comédien tout ce qu'il y a de sérieux (Maïakovski, Claudel, Pasolini, Shakespeare entre autres, pour Stanislas Nordey souvent), il élabore en marge de cela un monde bien à lui. Français pur beurre, il crée in English et à Edimbourg, please ce show où, en stand up comedian, il évoque aussi bien les idéologies du XXe siècle que le «French kiss», la guerre de Troie que «Dallas», et les houleux rapports trans-Manche. La langue maniée finement ne doit point arrêter les anglophones rudimentaires: «Incredibly incroyable» est visuel aussi, et le nonsense monty-pythonesque pousse dru sous les pieds de ce fieffé funambule. (Ph.T.)

Bruxelles, Théâtre 140, du 15 au 19 janvier. Tél. 02.733.97.08.

Love Comédie **

Lorsque la vie semble banale, on en invente de plus pétillantes, on se fait son cinéma. Marie-Paule Kumps a conçu le texte, parsemé de points de suspension, qu'elle joue avec Stéphane De Groodt. «Love comédie» est une séance légère et sympathique, du grand écran à la scène, de la scène au grand écran. (S.C.)

Bruxelles, Théâtre de la Toison d'or, jusqu'au 13 janvier. Tél. 02.510.05.10.

Ô vous, frères humains ***

Créé en mars 2000 au Rideau de Bruxelles, lors des dernières Francophonies théâtrales, ce monologue de Bernard Cogniaux est adapté directement du testament philosophique du romancier Albert Cohen. Mis en scène par Jonathan Fox, le comédien s'y montre juste et émouvant de bout en bout. Un vibrant plaidoyer contre la haine raciale, mâtiné d'ironie et de tendresse. (Ph.T.)

Bruxelles, Petit Théâtre du Palais des Beaux-Arts, jusqu'au 28 janvier. Tél. 02.507.82.00 - 02.507.83.61 - 0800.21.221.

© La Libre Belgique 2000