Tableau coloré des rapports amoureux

Devenues un moment privilégié au sein du Festival de Spa, les lectures-spectacles qui se déroulent depuis cinq ans maintenant en parallèle à la programmation ouvrent la voie à des projets qui trouvent parfois leur aboutissement dans le cadre du festival lui-même

Stéphanie Koch

Devenues un moment privilégié au sein du Festival de Spa, les lectures-spectacles qui se déroulent depuis cinq ans maintenant en parallèle à la programmation ouvrent la voie à des projets qui trouvent parfois leur aboutissement dans le cadre du festival lui-même.

C'est ainsi que le Théâtre Arlequin présentait hier soir au Salon Bleu, une création de l'auteur liégeois Marcel Kervan, mise sur pied à la suite d'un accueil enthousiaste l'an dernier lors de sa première lecture au bar du casino. Après «Sirop de guimauve» ou encore «Le Scandale de la charité», l'auteur d'une douzaine de pièces depuis sa mise à l'écriture en 1995 présente aujour- d'hui une comédie d'actualité sur les jeux de l'amour, qui dénote une observation étonnante des rapports entre les hommes et les femmes.

Portraits bien ciblés

Trois femmes d'aujourd'hui aux tempéraments bien trempés se voient le centre d'un tableau de moeurs drôle et émouvant qui n'épargne ni la gent masculine, ni les féministes les plus féroces, mais ce toujours avec humour et dérision.

«Et dire qu'on ne peut pas s'en passer», démarre sur la bouleversante rupture que Laurence, la trentaine bien entamée, doit vivre, délaissée par son mari pour une femme plus jeune et plus sexy! C'est alors qu'interviennent les deux amies, non plus avancées dans leurs vies sentimentales respectives et rarement de bon conseil.

Cette situation à la fois grave et légère donne aux deux acteurs, Alexandre Tirelier et Serge Swysen, l'hilarante opportunité d'entrer tour à tour dans la peau de quelques prototypes masculins bien ciblés.

Le panel semble complet, du macho exaspérant au célibataire désespéré, en passant par l'homosexuel en quête du droit chemin..., rares sont les cas qui ne font pas appel à la sensation de «déjà vécu» ou du moins «déjà observé» autour de soi. Et c'est là, sans aucun doute, toute la fraîcheur et la subtilité de cette pièce qui «met dans le mille» et égratigne au passage quelques beaux cas comportementaux.

Une prouesse, quand on sait que l'auteur du spectacle est un homme et qu'il avoue, sans en dire davantage, la présence de quelques éléments autobiographiques...

Imprégnées par leurs personnages, Marie-José Delecour alias Céline, la femme indépendante et sans complexe, Maryvonne Michel, l'anxieuse vieille fille, et Catherine Ledouble, la jeune femme sincère contrainte à la recherche d'une nouvelle vie, sont plus vraies que nature et mènent avec brio cette aventure de la vie à peine caricaturée qui prête à sourire de soi plus d'une fois.

Dans une mise en scène de José Brouwers dynamique et entraînante, les situations s'enchaînent avec une vivacité qui laisse peu de répit au rire.

Au Salon Bleu, à Spa, ce mardi 12 août à 21 h. Tél. 0800.24.140.

Au Théâtre Arlequin, à Liège, en octobre prochain. Tél. 04.223.18.18.

© La Libre Belgique 2003

Sur le même sujet