Roi et Empereur règnent sur Spa

Décidément la parole de Shakespeare se porte partout cet été! Du Karreveld à l'Hôtel Astoria, de Villers-la-Ville au Festival de Spa... Dans ce dernier, le «Macbeth» du Nouveau Théâtre du Méridien a de quoi susciter la curiosité. Puisque pour incarner les 34 personnages sortis de la plume du grand William, ils seront... deux. Et quels deux!

Sarah Colasse

Décidément la parole de Shakespeare se porte partout cet été! Du Karreveld à l'Hôtel Astoria, de Villers-la-Ville au Festival de Spa... Dans ce dernier, le «Macbeth» du Nouveau Théâtre du Méridien a de quoi susciter la curiosité. Puisque pour incarner les 34 personnages sortis de la plume du grand William, ils seront... deux. Et quels deux!

Aylin Yay et Benoît Verhaert s'avancent sombrement vêtus - tel l'homme de la rue - sur un plateau totalement dépouillé. Avec pour tout grimage la subtilité des traits et des regards.

Effectivement, à deux, ils nous raconteront l'histoire de Macbeth devenu Roi; du sang qu'il a fait couler avec sa Lady...

Ce «Macbeth» sans artifices adapté et mis en scène par Philippe Blasband est un grand moment de théâtre. On devine la jubilation qui a dû habiter l'artiste, se piquant au défi de tisser le «tout» avec le «rien». Aidé là par une interprétation de haute voltige de ses deux comédiens. Irréprochable.

Vérité, malice, vigilance

Sur ce plateau nu, c'est forcément au tréfonds de son être qu'il faut chercher le dessein de l'émotion, les vibrations de la trame. En cela, le couple excelle. Son mélange de vérité, de malice, de grâce, de vigilance et de profondeur sied à merveille à cette version.

La tragédie n'en est que plus perceptible, les angoisses d'autant plus palpables. Attirant alors le spectateur au plus près de l'oeuvre.

Les acteurs présentent les personnages, s'y faufilent, jonglent avec, y reviennent... L'imagination fait le reste.

L'adaptation use - mais n'en abuse - de distances; et ne se prive pas de petites touches sommaires d'humour bien placé relatif audit choix de la sobriété.

D'Écosse à Boendael

Plus tard dans la soirée, autre genre, autre cadre. Les pendrillons sévères du salon gris tranchent avec la vivacité des couleurs qui pétillent dans la Guinguette. Là, place au divertissement. Les Tréteaux du Roman Païs vous y racontent les péripéties d'un Empereur: «L'Histoire comique de Keizer Karel» de Michel de Ghelderode. Devant sa pinte, l'emballant François Mairet s'apprête à nous la conter. Cette histoire «telle que la perpétuent jusqu'à nos jours les gens de Brabant et de Flandre...», du petit Charles devenu grand Empereur, il l'avait adaptée et créée en 1989 déjà... Découpée en anecdotes qui mènent Keiser Karel de Woluwé à Auderghem, de Zaventem à Boendael... incognito à la rencontre de son peuple.

Peuple campé au travers des nombreux personnages qu'incarne l'inénarrable Benoît Van Dorslaer. Dont les soudaines apparitions sont régulièrement - et à juste titre - sources d'hilarité. A leurs côtés, le généreux Marc Keiser, dont le coup d'accordéon est aussi franc que le coup de sabot, assure les interludes à la sauce bonnes vieilles chansons de nos contrées. Eve Arnaud interviendra également. Glissée dans les frusques d'une tonitruante aubergiste.

Expressions savoureuses et accents de mise à l'appui, les us et le climat de notre pays sous l'ère Charles Quint déboulent joyeusement dans le jeu passionné de cette fine équipe.

Un spectacle authentique et pittoresque qui se déguste comme de la petite bière!

Dans les prochains jours...

Dans la densité du programme, outre les pièces «en salles», pointons les lectures de «Vent du Nord» et du Magasin d'Ecriture théâtrale (les 15, 16 et 17/8 à 14h30 et 16h15). Dont l'une devrait se muer en spectacle mis en scène lors du prochain festival. Comme ce fut le cas cette année avec le Théâtre Arlequin (Voir LLB 12/8).

A découvrir également - et pour encourager nos jeunes acteurs - «L'Atelier Théâtre Jeunes» s'attaque à «L'Atelier» de Jean-Claude Grumberg (le 16/8 à 18h).

Et puisque l'heure est au soleil, déambulons dans Spa ce week-end! Cinq troupes de théâtre de rue occuperont la ville. On compte bien sûr sur leur indiscrétion! (les 15 et 15/8 de 14 à 18h)...

Infos: 0800.24.140

Webhttp://www.festivaldespa.be

Durant le festival, «Keizer Karel» sera repris au Restaurant Le Grand Maur les 14, 15 et 16 août et au Restaurant Entre Terre & Mer le 17 août.

© La Libre Belgique 2003

Sur le même sujet