Hamlet actuel. Hamlet éternel...

Il y a 18 ans déjà, Daniel Scahaise s'attaquait à «Hamlet». Et déjà Jacques De Decker en signait l'adaptation. En 18 ans, le monde change... Les deux artistes reviennent alors à l'oeuvre avec d'autres regards

S.C.

Il y a 18 ans déjà, Daniel Scahaise s'attaquait à «Hamlet». Et déjà Jacques De Decker en signait l'adaptation. En 18 ans, le monde change... Les deux artistes reviennent alors à l'oeuvre avec d'autres regards: «la tragédie de Skakespeare est là: celle des fins et des moyens qui contredisent ces fins. Hamlet, aujourd'hui rencontre de singuliers échos auprès de ces jeunes gens qui exhibent la folie pour hurler plus fort leur haine et leur dégoût du monde qui leur est légué».

L'inconditionnel de Shakespeare Daniel Scahaise (pléonasme pour ainsi dire), veut faire «un Hamlet pour ceux qui ne savent pas ce que c'est». Revenant ici à l'éternelle question: comment rendre plus proche encore de nous «Shakespeare, notre contemporain?».

Du coup, en septembre 2003, on retrouve un Hamlet - campé par Emmanuel Dekoninck - à la sortie de l'université de Wittenberg. Avec quatre autres jeunes à ses côtés, il tombe dans un monde «aussi pourri que le Royaume de Danemark».À propos de ses acteurs qui tisseront la trame, le metteur en scène ne tarit pas d'éloges: «j'ai la chance d'avoir douze acteurs fabuleux. (...) Il y aura douze fauves qui s'empoigneront avec le texte de Shakespeare».

Citons parmi les autres fauves: Hélène Theunissen, Dolorès Delahaut, Jean-Henri Compère, Bernard Marbaix, Stéphane Ledune, Christophe Destexhe...

© La Libre Belgique 2003


Bruxelles, Théâtre de la place des Martyrs, du 12 septembre au 1er novembre. Tél. 02.223.32.08