Encore un an de retard pour le théâtre flamand

C'est le plus gros chantier culturel jamais organisé par la ville de Bruxelles: la rénovation et l'extension du théâtre flamand (KVS) à la rue de Laeken, tout près du futur Théâtre National, coûtera 45,9 millions d'euros, payés pour près de la moitié par la ville. Un budget nettement plus grand que celui du nouveau National. Depuis 2001, le KVS a déménagé à Molenbeek sur le site du Bottelarij.

Guy Duplat

C'est le plus gros chantier culturel jamais organisé par la ville de Bruxelles: la rénovation et l'extension du théâtre flamand (KVS) à la rue de Laeken, tout près du futur Théâtre National, coûtera 45,9 millions d'euros, payés pour près de la moitié par la ville. Un budget nettement plus grand que celui du nouveau National. Depuis 2001, le KVS a déménagé à Molenbeek sur le site du Bottelarij. Les travaux débutèrent en mai 2002 avec les architectes A 2RC associés au bureau BOA. Il s'agissait d'abord de rénover complètement l'ancien théâtre construit en 1883-1887 sur les plans de J.Baes, un élève de Poelaert et dont les façades sont classées. Le projet prévoit de changer totalement la salle et d'en faire une salle très contemporaine de 500 places, «à l'italienne», avec un sol révolutionnaire rétractable qui permet de dégager le parterre. Ces travaux se sont heurtés à de mauvaises surprises, la stabilité du bâtiment étant précaire. C'est ce qui justifie un nouveau report d'un an et l'inauguration du nouveau théâtre en septembre 2005 seulement.

Mais entre-temps, sera ouvert dès septembre 2004, un second et nouveau bâtiment du KVS construit en face du théâtre au quai de la Taille: ultra-moderne, avec tous les équipements modernes, il comprend une salle de 200 places, une salle de danse, une salle de répétition, les bureaux et la technique. C'est la base arrière de la grande salle, un peu comme cela fonctionne au théâtre de la Monnaie. Un tunnel joindra les deux bâtiments tandis que le public pourra aller de l'un à l'autre grâce à la rue devenue piétonne.

Une oeuvre de Wim Delvoye

Le KVS quittera le Bottelarij en juin prochain. Tout indique que celui-ci sera réaffecté à d'autres usages et qu'il n'y aura plus de projet culturel, là, au coeur de Molenbeek. En 2004-2005, le KVS bâtira sa saison sur le seul nouveau bâtiment. Il avait compté sur la grande salle et avait programmé un certain nombre de spectacles qui devaient y jouer. Il devra soit adapter ces spectacles pour sa petite salle, soit nouer des accords avec d'autres. D'ores et déjà, Jan Goossens qui dirige le KVS a discuté avec le Théâtre National, l'Ancienne Belgique et les Halles de Schaerbeek pour peut-être y jouer ses spectacles.

La ville de Bruxelles en profite pour aménager les abords avec un parc construit dans le prolongement. Elle y placera une oeuvre commandée à l'artiste gantois Wim Delvoye, l'homme des «Cloaca» et des vitraux aux rayons X. Celui-ci, grande vedette internationale, est devenu un peu Bruxellois puisqu'il déménage à Laeken.

© La Libre Belgique 2004