La scène pour revivre juste un instant avec ceux qu'on aime

Le Théâtre de la Place de Liège aime les spectacles intenses, les comédiens qui ont des choses à dire et le pari a été plus que gagné en misant sur la jeune comédienne Catherine Salée qui présente jusqu'au 3 avril, son monologue, «Une plume est une plume».

Stéphanie Koch

Le Théâtre de la Place de Liège aime les spectacles intenses, les comédiens qui ont des choses à dire et le pari a été plus que gagné en misant sur la jeune comédienne Catherine Salée qui présente jusqu'au 3 avril, son monologue, «Une plume est une plume».

Théâtraliser ses peurs

Une forte envie de porter sa propre parole, de juguler ses peurs dans un univers théâtral entre fiction et réalité, a mené la jeune Liégeoise dans ce travail en collaboration avec Isabelle Pousseur - «accoucheuse» et metteur en scène - et l'auteur Jean-Marie Piemme, travail qui aboutit aujourd'hui à une création extrêmement touchante sur fond de la souffrance insondable de la perte d'une mère.

Marquée par une partie de son enfance passée en Afrique, Catherine filtre les choses de la vie à travers l'oeil d'enfant pur et fragile qu'elle refuse de laisser s'échapper. Cette petite fille ressurgit sur scène, bien à l'abri d'un lit à baldaquin immaculé qui occupe le centre du plateau comme l'écrin d'une histoire irréelle. Mais les insomnies replongent au coeur d'un monde auquel la comédienne voudrait redonner vie, ne serait-ce que le temps d'un spectacle, d'une minute, d'une seconde seulement...

Cette course éperdue dont le message passe avec beaucoup d'émotion ne peut laisser de glace le public, conquis par un travail sur base d'improvisations franches et sincères, sensibles dans cette pièce construite sans lourdeurs et qui allie humour, tendresse et cruauté. La forme du monologue, par la proximité voire la complicité qu'elle instaure, trouve ici tout son sens et tout son impact: une fusion presque totale avec le texte et les images évoquées par l'enfance.

Pour Catherine Salée, le théâtre était le lieu par excellence où faire revivre les morts sans pesanteur mais sans perdre de cette douleur qui continue de faire vivre ceux qu'on aime.

Une belle mise en scène pure et dure à la fois qui offre un moment d'intense émotion aux spectateurs emmenés de gré ou de force dans une magnifique tranche de vie.

© La Libre Belgique 2004


«Une plume est une plume», jusqu'au 3 avril à 20h15, au Théâtre de la Place (Manège) de Liège. Tél. 04.342.00.00.