Le mentor et son élève

La firme Rolex a mis au point une formule originale et généreuse de sponsoring culturel. Chaque année, un jury international de haut niveau choisit six artistes dans différentes disciplines pour être des "mentors". Chacun d'entre eux prend alors en charge, pendant un an, un "protégé", un artiste plus jeune et prometteur choisi également par un jury international.

Guy Duplat
Le mentor et son élève
©D.R.

La firme Rolex a mis au point une formule originale et généreuse de sponsoring culturel. Chaque année, un jury international de haut niveau choisit six artistes dans différentes disciplines pour être des "mentors". Chacun d'entre eux prend alors en charge, pendant un an, un "protégé", un artiste plus jeune et prometteur choisi également par un jury international. Il serait fastidieux de donner une liste de ceux qui ont déjà été mentors, tous des grands noms. Pour 2007, ce seront la merveilleuse artiste allemande Rebecca Horn pour les arts plastiques, Jiri Kylian en danse, Youssou N'Dour en musique, Martin Scorsese en cinéma, le prix Nobel Wole Soyinka en littérature et Kate Valk (du Wooster Group) en art dramatique.

En 2006, une artiste belge (une première !) Anne Teresa De Keersmaeker, avait été choisie comme mentor. Son bilan est tout en nuances, comme en témoigne le beau texte que Pierre Assouline a écrit en guise de bilan de cette expérience hors du commun.

Apprivoiser la différence

"J'ai longtemps hésité avant d'accepter d'être mentor, nous a expliqué la chorégraphe. Car je ne suis pas un professeur. Je peux, par contre, faire partager une expérience. C'est William Forsythe qui m'a convaincue d'accepter, sur base de ce qui s'était passé entre lui et son protégé. Et puis, c'était une offre si généreuse d'offrir ainsi une carte blanche à un jeune danseur."

Au moment de choisir son protégé parmi quelques noms, ATDK a pris un risque en optant pour Anani Dodji Sanouvi, un jeune danseur togolais. Elle avait conscience de l'ampleur de leurs divergences. "C'est ce qui l'intéressait : une différence à apprivoiser, pour l'un comme pour l'autre", écrit Pierre Assouline.

ATDK ne soupçonnait pas que ce serait si difficile. Ne fût-ce que pour les problèmes de visa. Mais surtout, nous dit-elle, "parce que le rapport au temps et à l'espace est très différent en Afrique et chez nous. Les codes qu'on utilise sont si différents. Il voulait travailler le rapport entre la danse et la musique. Mais je me suis rendu compte que mon approche était essentiellement occidentale. Il y avait une cohérence chez lui, mais très différente de mon travail. C'est cette tension qui était intéressante mais difficile".

La première fois qu'Anani est entré à Rosas, il s'est assis par terre en se répétant : mais qu'est-ce que je vais pouvoir faire dans cet espace étriqué ? Anani avait travaillé au Sénégal avec Germaine Acogny, une danse basée sur les danses traditionnelles. Mais "comment faire quand l'un lit le solfège et l'autre pas ? Sa position était toujours très accroupie, très près de la terre, alors que les danseurs occidentaux sont plutôt marqués par la verticalité de la colonne vertébrale héritée de la danse classique".

Pour l'un, la danse est laissée à l'instinct, l'intuition et l'improvisation. Pour lui, l'Occident est trop mathématique. Pour elle, il n'y a pas de danse sans une certaine rigueur, chemin vers "une sorte de grâce, cette rareté qui n'advient que lorsqu'on ne la sollicite pas", écrit joliment Pierre Assouline. Le déclic est venu, un soir à Londres, quand Anani assiste au solo "Once" dansé par Anne Teresa. "Il a alors compris qu'ils avaient le silence en commun, un silence intérieur fait d'une énergie très douce et très forte à la fois." Anani est obstiné, il veut apprendre, devenir un grand danseur. Il a dansé dans "Drumming". Finalement, l'expérience fut difficile, et même irritante mais il y eut un dialogue, un partage entre deux mondes.

Si en littérature; par exemple, le dialogue entre mentor et protégé est facile, via les manuscrits, la danse est une expérience sociale, un contact direct et donc potentiellement délicat.