La saison 2008 de la Ligue d'Impro démarre dimanche

Le Théâtre Marni, à Ixelles, accueillera une nouvelle fois le championnat de la Ligue d'Improvisation belge, du 13 janvier au 24 mars prochains. Les matches ont lieu les dimanches et lundis à 20h00. De 10.000 à 13.000 spectateurs sont attendus durant la saison, a-t-on appris mardi auprès de la Ligue.

La saison 2008 de la Ligue d'Impro démarre dimanche
©D.R.
Belga

Le Théâtre Marni, à Ixelles, accueillera une nouvelle fois le championnat de la Ligue d'Improvisation belge (LIB), du 13 janvier au 24 mars prochains. Les matches ont lieu les dimanches et lundis à 20h00. De 10.000 à 13.000 spectateurs sont attendus durant la saison, a-t-on appris mardi auprès de la Ligue. Une trentaine de comédiens, dont certains issus du théâtre classique, composent la cuvée 2008. Mais on dénombre également en Belgique de nombreux amateurs.

Créée il y a 24 ans, la LIB proposera comme chaque année son championnat régulier (12 matchs aller-retour, 2 demi-finales et une finale), mais aussi sept soirées spéciales. Ainsi, un match de gala intitulé "Les chouchous du public" réunira les jouteurs, anciens et nouveaux, ayant remporté le Trophée Le Soir qui récompense les favoris du public. Début mars, une soirée spéciale "Impro Séries" permettra aux comédiens et au public de se plonger dans l'univers des séries télé.

A la mi-février auront par ailleurs lieu les "Masters de l'Impro", un tournoi de mini-rencontres en double mixte réunissant les meilleurs jouteurs de la saison. C'est ce même week-end que se tiendra le traditionnel "Match pour les 8-14 ans", lors duquel les équipes s'affronteront devant un public d'enfants. Parmi les nouveaux jouteurs, on trouve des comédiens confirmés issus du théâtre classique, comme Nicolas Buysse ou Emmanuel Dekoninck, qui viennent s'essayer à une discipline qu'ils connaissent moins, relève Kathleen Bodart, assistante de production à la Ligue. L'impro a donc fait du chemin et n'est plus seulement plébiscitée par les jeunes qui sortent du conservatoire. "Le regard de la profession sur l'improvisation a totalement changé", ajoute-t-elle.

Les amateurs sont également nombreux en Belgique à pratiquer cette forme d'expression scénique. La Fédération belge d'improvisation amateur (FBIA), fondée en 1989, comptait en 2007 quelque 560 membres. Sur l'ensemble de la saison, qui va de septembre à mai, ces jouteurs en herbe se produisent devant 7.000 à 8.000 spectateurs. D'autres suivent simplement l'un des neuf ateliers proposés par an, par exemple durant les congés scolaires où des stages sont organisés pour les 12-18 ans. "Tous les quatre ans, nous organisons le mondial d'improvisation amateur", indique Julie Lahure, chargée de la production et de la communication. "La prochaine édition aura lieu en octobre 2009 et devrait attirer 6.000 personnes sur dix jours."

Au total, on peut estimer qu'un millier d'amateurs pratiquent l'improvisation en Belgique francophone. Des associations locales existent en effet un peu partout en Wallonie, comme à Liège, Charleroi, Châtelineau, Tournai, Enghien, Quiévrain ou encore Mons, qui compte à elle seule une centaine d'adhérents. Sans oublier les groupes d'impro qui se forment dans les universités et écoles, comme à l'UCL, l'ULB, l'Ihecs, à la faculté agronomique de Gembloux et aux Facultés universitaires Notre-Dame de Namur, ainsi qu'au conservatoire de Bruxelles.

Pour rappel, un match d'improvisation théâtrale voit deux équipes s'affronter sur une scène centrale en forme de patinoire. A chaque manche, un sujet est tiré au sort et les équipes ont quelques secondes pour se préparer. Vient ensuite l'improvisation et les éventuelles sanctions de l'arbitre. Le public a lui aussi son mot à dire puisqu'il a l'occasion de lancer une pantoufle ou savate en direction de la patinoire, si l'action des jouteurs ou les remarques de l'arbitre ne lui plaisent pas. C'est également le public qui vote pour l'équipe gagnante au moyen d'un carton de couleur.

Sur le même sujet