Désenchantés, les jeunes?

Ici, ailleurs ou dans le nord de la France, un gamin formaté par le monde virtuel massacre sa famille.

laurence bertels
Désenchantés, les jeunes?
©D.R.

Ici, ailleurs ou dans le nord de la France, un gamin formaté par le monde virtuel massacre sa famille. En Allemagne, le 20novembre, dans la petite ville allemande d’Emsdetten, Sebastian Bosse pénètre arme au poing dans son ancien lycée pour y abattre de sang-froid d’anciens camarades et professeurs. Le jeune homme choisit ensuite de se suicider. Dans le bassin sidérurgique liégeois, deux frères, victimes de l’infernale spirale de la misère, enflamment la ville. Dans un appartement Ikea, un couple, valeur marchande, part en dérive. Consommateur, il n’est plus acteur de sa propre vie. Alors, désenchantés, les jeunes? A voir Au National.

Au-delà du théâtreLe Théâtre de verre du boulevard Jacqmain inaugure en effet, ce vendredi 7novembre, son Thema jeunes avec un programme plutôt consistant, histoire d’explorer l’univers particulier des jeunes. Ou, à tout le moins, de certains d’entre eux. Au menu, "Game Over" de et mis en scène par Jeanne Dandoy, "Le 20novembre" de Lars Norén, "Cannibales" de Ronan Chéneau mis en scène par David Bobee, et "Tête à claques" de Jean Lambert. Pas vraiment de quoi rire, mais sûrement pas de quoi s’ennuyer non plus. "Si le théâtre n’est pas divertissant, il est mort, nous dit Jean-Louis Colinet, directeur du Théâtre national mais on peut se divertir en posant des questions. Je pense que les artistes qui posent un regard sur le monde et les jeunes découvrent immanquablement un univers pas nécessairement drôle. Les sujets des spectacles choisis sont as sez graves, mais ils sont aussi de magnifiques divertissements. On a d’ailleurs dû rajouter des représentations pour "Le 20novembre" et "Tête à claques ."

Au-delà du théâtre, ce Thema permettra de s’interroger sur les jeunes, sur l’avenir dont ils rêvent, sur l’adolescence aujourd’hui. Comment grandir dans une société en perte de repères sociaux et moraux? Fait-on la part des choses entre le réel et le virtuel, et surtout quel monde avons-nous bâti? "Pour moi, la thématique des jeunes, comme lorsqu’ils sont confrontés au monde du travail, par exemple, est essentielle. Parler des jeunes, c’est aussi parler des parents et des adultes. Il est important que le théâtre s’ouvre aux jeunes, développe un travail qui leur permette de s’en approcher, d’en franchir la barrière", explique le directeur.

Pour toucher un plus large public, le service éducatif abat lui aussi, et souvent dans l’ombre, un travail considérable. Comme on pourra s’en apercevoir, entre autres, avec "Utopie/Créations", un projet né dans le cadre du Thema jeunes et via lequel les jeunes du secondaire et du supérieur sont invités à s’exprimer. Tous les moyens sont bons, qu’il s’agisse de vidéo, d’écriture, de jeu théâtral, de roman-photo, de la chanson, du slam, de sketches, d’un montage radio, d’installation, de stylisme, de création de livres, de fresques Peu importe pourvu qu’ils disent le monde dont ils rêvent, les valeurs auxquelles ils donneraient cours.

D’autres projets ont été mis sur pied en marge du Thema, comme la projection exceptionnelle de "Eldorado" de Bouli Lanners, suivie d’une rencontre avec le réalisateur, une exposition photo des étudiants de La Cambre sur le thème "Jeunesse désenchantée?", un atelier vidéo-théâtre pendant toute une journée, et d’indispensables rendez-vous festifs rock, pop et electro.

De quoi élargir considérablement l’espace scénique Et rendre, selon le vœu du capitaine, "le lieu bien vivant".


Bruxelles, jusqu’au 24novembre, au Théâtre national, 111-115 bd Emile Jacqmain. Programme et rés.: tél. 02.203.53.03, Web www.theatrenational.be