Le dialogue intérieur d’Ismène

De la Grèce antique à aujourd’hui, de la mythologie à l’humain, le nouveau spectacle de Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli (on se souvient notamment de leur "Peer Gynt") est la création d’une œuvre originale du compositeur Georges Aperghis sur un poème de Yannis Ritsos.

M.Ba.
Le dialogue intérieur d’Ismène
©BOERMANS

De la Grèce antique à aujourd’hui, de la mythologie à l’humain, le nouveau spectacle de Marianne Pousseur et Enrico Bagnoli (on se souvient notamment de leur "Peer Gynt") est la création d’une œuvre originale du compositeur Georges Aperghis sur un poème de Yannis Ritsos. "Ismène" est un opéra pour voix seule, une espèce de dialogue intérieur, une performance pour un corps et les éléments naturels, annonce la Cie Khroma.

Pour les créateurs - à qui Guy Cassiers a apporté sa collaboration, à la dramaturgie et à la mise en scène -, "l’intérêt majeur de l’œuvre de Ritsos consiste en sa relation à la mythologie classique: il en vole les fruits, il les dénature, les démystifie, les transporte de Thèbes à nous, ici et maintenant". Ces ponts tissés par le poète donnent des personnages "faits de sensualité, de perceptions en même temps que de réflexions sur les grands schémas de notre civilisation".

Ainsi, l’auteur a-t-il doté Ismène la discrète, la passive, la faible, la femme en fin de vie, avec son bagage d’expériences, une longue méditation à la fois clairvoyante et lyrique. Dont Marianne Pousseur se fait l’interprète, là où Georges Aperghis a composé pour elle une longue monodie sans instruments. "Une seule voix qui soit son, qui soit sens, contenue dans une enveloppe corporelle allant bien au-delà de sa propre peau."


Bruxelles, Théâtre de la Balsamine, du 13 au 15 et du 20 au 22novembre. Infos&rés.: 02.735.64.68, www.balsamine.be