Notre sélection

théâtre

Le Dieu du carnage

Suite à une bagarre à l’école, les parents se rencontrent, soucieux de régler l’affaire avec civisme. Mais la courtoisie, de façade, laissera pleuvoir les mesquineries. Yasmina Reza évoque les limites de nos discours éthiques et généreux dans cette "petite scène de massacre ordinaire entre adultes civilisés", où Michel Kacenelenbogen dirige Véronique Biefnot, Damien Gillard, Valérie Lemaître, Olivier Massart.

Bruxelles, le Public, du 12 novembre au 10 janvier. Tél. 0800.944.44.

Namur, Théâtre royal, du 15 au 24 janvier. Tél. 081.226.026.

Living

A la croisée du théâtre, de la danse et de l’installation vivante, le nouveau spectacle - pauvre en paroles - de la Cie Tristero nous montre le salon, le séjour comme lieu de passage pour occupants et visiteurs, avec leurs pensées, désirs et fantasmes. Les personnages sont flous, l’intrigue l’est tout autant, mais le décor est sans équivoque

Bruxelles, Kaaitheater, du 13 au 22novembre. Tél. 02.201.59.59.

Marcia Hesse

Une réunion de Saint-Sylvestre, sur une presqu’île secouée par la tempête. Tout semble léger, anodin, mais tout gravite autour d’un vide tangible, Marcia. Mise en scène par Georges Lini, la pièce de Fabrice Melquiot conjugue pudeur et tendresse, réel et fantastique. Une création du Zut à l’Atelier 210.

Bruxelles, Atelier 210, jusqu’au 22novembre. Tél. 02.732.25.98.

Le Masque du Dragon

Sous la plume de Philippe Blasband, une fable poétique et ludique traite d’un sujet criant d’actualité: la place des réfugiés politiques dans notre société confortable et confinée. Babetida Sadjo et Awa Sene Sarr, mises en scène par Hélène Theunissen, interprètent la violence, l’opposition, mais vont se rejoindre d’une voix: l’espoir.

Bruxelles, Martyrs, jusqu’au 6décembre. Tél. 02.223.32.08.

La Mystérieuse disparition de "W"

Dans la pièce de l’Italien Stefano Benni, adaptée et mise en scène par Victor Scheffer, et interprétée par Catherine Decrolier, "V", la plus belle petite fille au monde, perd bientôt toute confiance en l’humanité. Sa vie ne sera qu’une suite de désenchantements et se résumera à la quête - en vain? - de "W" l’autre ou simplement le double de "V". Entre humour et ironie, une recherche incessante de soi et de nous.

Bruxelles, la Samaritaine, jusqu’au 15novembre 2008. Tél. 02.511.33.95.

Pain perdu/Gewonnen brood

Encadrés par Guy Dermul et Willy Thomas, 14 étudiants en dernière année des écoles de théâtre de Louvain, Liège, Louvain-la-Neuve, Bruxelles, Anvers et Maastricht jouent un nouveau texte de Pol Hoste. Où il est question de lutte des classes, de repères à retrouver, de la société et du rôle qu’y jouent les jeunes.

Bruxelles, KVS, du 15 au 29novembre. Tél. 02.210.11.12.

Pour seul bagage

Trois monologues d’auteurs belges, en festival à l’Arrière-Scène. Julien Stroïnovsky incarne "Louis l’éveillé", celui qui vient de perdre sa mère, dans la pièce d’Odile Ramelot (les 12, 14 et 15/11). Marc De Roy est l’homme solitaire, méthodique et consciencieux d’"Une vie d’infortune" de Fabrice Gardin (les 12 et 13/11). Interprétée par Jessica Gazon, la Rose de "J’ai mangé mon bonheur", obsédée par la minceur, se rêve nouvelle star. C’est signé Anne-Bénédicte Bailleux et mis en scène par Alexandre Drouet (du 13 au 15 et du 19 au 22/11).

Bruxelles, l’Arrière-Scène, jusqu’au 22novembre. Tél. 0484.213.213.

Presumption

Si Lucie et Chris déplacent les meubles, c’est qu’ils bâtissent le décor dans lequel ils ont vécu les sept ans de leur couple, tout en dressant chacun l’état des lieux de leur amour. Une comédie psychanalytique pleine de détails par la Third Angel Company (Sheffield) - so British. Et en anglais.

Bruxelles, Théâtre 140, du 12 au 14novembre. Tél. 02.733.97.08.

La Seconde vie d’Abram Potz

Adapté du roman de Foulek Ringelheim par l’auteur lui-même et la metteur en scène Catherine Brutout, ce monologue présente, sous les traits d’Yves Degen, un psychanalyste juif au rencart qui se lance en claudiquant dans une carrière d’assassin.

Bruxelles, Théâtre du Méridien, du 18novembre au 20décembre. Tél. 02.663.32.11.

danse

Work by 3/1

En résidence à Charleroi/Danses, Jean Luc Ducourt dresse ici une sorte d’anatomie du vocabulaire gestuel classique, un idiome qu’il désire "contaminer" par les qualités abstraites et architecturales de la danse actuelle.

Charleroi, les Ecuries, le 15novembre. Tél. 071.31.12.12.