Brèves de box-office

Cette chaleur d’apocalypse donne envie de parler de l’hiver ! Comme de coutume désormais, le Centre culturel a profité du Festival pour dévoiler son programme pour les mois à venir, en faisant bénéficier les festivaliers d’un tarif de faveur sur les abonnements "théâtre".

Philip Tirard
Brèves de box-office
©Paul Debroeck

Cette chaleur d’apocalypse donne envie de parler de l’hiver ! Comme de coutume désormais, le Centre culturel a profité du Festival pour dévoiler son programme pour les mois à venir, en faisant bénéficier les festivaliers d’un tarif de faveur sur les abonnements "théâtre". Au programme, notamment "Le Tartuffe ou l’imposteur" par l’Atelier Théâtre Jean Vilar, "Le Dieu du carnage" et "Art" de Yasmina Reza, respectivement par le Public et AAC Production (Alain Leempoel), ainsi que deux productions d’Argan 42, "Le Père Noël est une ordure" et "Jalousie en 3 mails" d’Esther Vilar

Mais revenons au Festival. Et profitons de l’accalmie entre les créations pour dire un mot de la lecture spectacle du texte de René Lambert, "Un court moment d’éternité", mis en espace et en voix par Nele Paxinou. On y retrouvait Nicole Jacquemin et Gérard Vivane devant un pupitre comme pour un oratorio parlé.

Foulard rouge noué au cou et accordéon en bandoulière, Marc Keyser introduisait et ponctuait cette pièce en un acte à la manière d’un chanteur de rue. L’histoire se situe dans un port et se résume à la rencontre entre un homme et une femme d’âge mûr devant une pierre tombale. Sensible et poétique, le propos répond bien au titre : une brève mais intense suspension du temps face à l’éternité de l’océan et du sentiment.

Jeudi soir, au Salon gris, on attendait la nouvelle invention de Geneviève Damas, auteur et actrice révélée au Festival voici cinq ans avec "Molly à vélo", suivi en 2007 de "Molly au château". La saga cycliste s’arrête là : l’auteur change de ton, de metteur en scène et de moyen de locomotion. "STIB - Suite de Trajets Infra-humains Balisés" emprunte les transports en commun.

Deux femmes que rien ne rapproche - l’une écrit, l’autre nettoie à la Poste - apprennent à se connaître à la faveur de leur trajet quotidien en tram. Janine Godinas y met en scène l’auteur face à Isabelle Defossé. On peut les rencontrer ce vendredi aux Anciens Thermes à 15h30 et/ou voir le spectacle encore ces vendredi et samedi.

Outre cette création, plusieurs spectacles sont à (re)découvrir en ces deux derniers jours. "L’École des ventriloques", deuxième volet du triptyque Jodorowsky de la Cie Point Zéro (à ne pas manquer pour ceux qui ont apprécié la création mondiale de "Trois Vieilles" en début de Festival), "Eaux-les-Bains", accueil français et ballet burlesque sans paroles sur la vie des curistes dans une ville thermale, "Le Faiseur de monstres" par la Cie Arsenic, "Poète, tes papiers" par Didier Lelong sur des textes de Léo Ferré, etc.

Samedi à 11 heures, à la Guinguette, l’apéritif entretien (suivi d’un barbecue) permettra aux spectateurs d’échanger avec les organisateurs sur cette édition du 50e anniversaire.


Spa, Festival de théâtre, jusqu’au 22 août. Infos & rés.: 0800.24.140, www.festivaldespa.be