Seneffe : clap ! douzième !

Inaugurant le 12e festival, Dolorès Oscari, qui succède à Monique Dorsel à la tête du Théâtre-Poème et de Scènes et à Seneffe, et qui anima à la RTBF une émission littéraire, établit son discours en forme d’alléchant programme, rappelant la spécificité du festival-atelier de Seneffe.

Luc Norin

Inaugurant le 12e festival, Dolorès Oscari, qui succède à Monique Dorsel à la tête du Théâtre-Poème et de Scènes et à Seneffe, et qui anima à la RTBF une émission littéraire, établit son discours en forme d’alléchant programme, rappelant la spécificité du festival-atelier de Seneffe. Mais parce que 2009 s’y inscrit comme une "année de transition", voire un état intermédiaire, un passage graduel d’un état à un autre, et que commande un temps "biologique" pour redémarrer, dans la foulée de Monique Dorsel, un projet "fidèle dans l’esprit mais différent dans sa forme", le festival-atelier, encore programmé par Monique Dorsel, sera cette fois ramassé en une semaine, du 23 au 29 août.

Cependant, en guise de lancement, il y eut ce soir-là, dans le petit théâtre XVIIIe, une très étrange lecture-spectacle consacrée à "Ghelderode vivant". En présence de Toone qui avait à cœur de fêter, ailleurs, l’auteur fétiche de son célèbre théâtre de Bruxelles. Musique des "Sortilèges" de Debussy, voix d’entrée de Maria Casarès : sommes-nous bien dans l’univers de Ghelderode ? Eh bien oui ! Dans la géographie intime d’un auteur dont ici on a rencontré les obsédants sentiers. Debout derrière leurs lutrins, Monique Dorsel et Marie-Christine Barrault (dont on n’a pas oublié "Ma nuit chez Maud" de Rohmer), et Charles Gonzalès, tous dérivent avec l’auteur, en un récit continu, à travers les rues et les places, la bière des chopes et les bières des morts, en tous les itinéraires qui vont vers la mer pour y côtoyer les fantômes et y tutoyer la vie. Un Ghelderode lancinant qui a "scotché" sur leurs chaises tous les spectateurs-auditeurs...

Introduction donc à la semaine sous haute tension qui commencera le dimanche 23, à 20h30. Avec "NoHuman Project" : spectacle délirant du poète Eric Brogniet, performance dans laquelle il fait parler sa poésie que déjà il pose, comme une grille, depuis 2001, sur notre époque naufragée. Vision radioactive de la déshumanisation de notre monde. Ils seront deux poètes à la soutenir : Eric Brogniet, Christophe Pairoux, avec un groupe pop rock appelé Arthur Rain, originaire d’Andenne.

Lundi 24 : pour Lacan, l’amour, c’est "donner ce qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas". Mais, pour Jacques Sojcher et Axelle Maricq, les concepteurs de "La Déclaration", la réponse est différente. Pour l’induire, ils ont conçu cette pièce comme une parabole métaphysique et politique pour nos temps incertains qui sera lue par Bernadette Mouzon et Jean-Marie Petiniot.

Mardi 25, retour sur un mouvement littéraire hors normes : le Daily-Bul. Dans les jardins du château de Seneffe, les fontaines de Pol Bury ont un moment fleuri. Il avait fondé en 1957, avec André Balthazar, le Daily-Bul, revue et éditions, pied de nez à la saga littéraire belge. On y revient avec la conversation de Balthazar et de Jean-Pierre Verheggen Mercredi 26 : "Une femme à Berlin" ou les horreurs de l’occupation d’une ville par les Soviets. Traduit par Françoise Wuilmart et publié chez Gallimard, ce livre fera l’objet d’une lecture-création par la traductrice. Mise en scène de Sue Blackwell. Jeudi 27 : "Slaapsody", "Stripsody", "Sequenza III" : une soirée où Bénédicte Davin, Alain Wathieu, Luciano Berio, Jean Fürst, Marcel Maus mêlent les inventions sonores et visuelles qui donnent à rêver la réalité. Vendredi 28 : avec une mise en onde de Thierry Genicot, les voix de Monique Dorsel et Charles Gonzalès et les images de Nathalie Gassel donnent au dernier livre de la photographe, "Abattement", une incarnation charnelle et visuelle sans précédent. Samedi 29 : "Donc !" Hommage au grand écrivain Marcel Moreau dans une lecture-performance de Denis Lavant.

Dans ce festival-marathon se retrouve tout le génie créateur du Théâtre-Poème. Comment ne pas nous y trouver, nous aussi ? Là où la culture fourmille...

Scènes à Seneffe, infos & rés. : 02.538.63.58, www.theatrepoeme.be