Visages de l’étrange

Joliment entamé, le Festival international des Brigittines continue. Avec Erika Zueneli (\"In-contro\") et Éléonore Didier (\"Solides, Lisboa\", notre photo) pour une soirée composée où deux duos se font écho (salle Mezzo, 27-29/8). C’est un trio que propose David Wampach dans \"Bascule\", un ensemble dont on perçoit peu à peu les variations, les vibrations, les déviations, le tout teinté d’une touche d’érotisme et d’humour (chapelle, 29-30/8). Tandis que la Cie Mossoux-Bonté présente \"Kefar Nahum\" (voir nos \"vu&approuvé\"), le collectif malinois Abattoir Fermé réactive le cauchemar domestique - sa spécialité - dans \"Mythobarbital\" et son théâtre de la catastrophe, de l’ironie, de l’hallucination (chapelle, 1-2/9).

Joliment entamé, le Festival international des Brigittines continue. Avec Erika Zueneli ("In-contro") et Éléonore Didier ("Solides, Lisboa", notre photo) pour une soirée composée où deux duos se font écho (salle Mezzo, 27-29/8). C’est un trio que propose David Wampach dans "Bascule", un ensemble dont on perçoit peu à peu les variations, les vibrations, les déviations, le tout teinté d’une touche d’érotisme et d’humour (chapelle, 29-30/8). Tandis que la Cie Mossoux-Bonté présente "Kefar Nahum" (voir nos "vu&approuvé"), le collectif malinois Abattoir Fermé réactive le cauchemar domestique - sa spécialité - dans "Mythobarbital" et son théâtre de la catastrophe, de l’ironie, de l’hallucination (chapelle, 1-2/9).

À noter toujours la présence de Johan Muyle avec deux installations : "Sioux in Paradise" et "Speak to me of love", à voir pendant toute la durée du festival. Et "D’une avant-garde l’autre", conférence de Yannic Mancel (Mezzo, 31/8).

Bruxelles, Brigittines, jusqu’au 5 septembre. Tél. 02.213.86.10.