Chagrin d’amour par la Galafronie

Jean Debevfe, grande figure du théâtre jeune public en Belgique, a eu l’excellente idée d’explorer le thème de la séparation à travers les jouets de Fanny, à savoir Nounours incarné par un Philippe Léonard débonnaire à souhait, la poupée Melba, capricieuse Julie Nayer en T-shirt turquoise et jupette de tennis, façon Barbie, et le journal intime, un Gaël Maleux aussi fin que machiavélique.

L.B.
Chagrin d’amour par la Galafronie
©KURT VAN DER ELST

Jean Debevfe, grande figure du théâtre jeune public en Belgique, a eu l’excellente idée d’explorer le thème de la séparation à travers les jouets de Fanny, à savoir Nounours incarné par un Philippe Léonard débonnaire à souhait, la poupée Melba, capricieuse Julie Nayer en T-shirt turquoise et jupette de tennis, façon Barbie, et le journal intime, un Gaël Maleux aussi fin que machiavélique.Guitare électrique, bandoulière en plumes roses, concert pop en chambre, le ton disco choisi par Sophie Museur est donné. Impatients, les trois acolytes attendent le retour de leur chère Fanny. L’heure est aux spéculations les plus folles, distillées par Melba, ivre de jalousie; la question essentielle étant de savoir si Fanny, boudeuse Nathalie Mellinger, a aussi un nounours chez son papa. Il n’en faut pas plus pour déstabiliser l’ourson en question et ouvrir les hostilités entre deux êtres qui se disputent la préférence. Texte d’une belle intelligence, dans une mise en scène enlevée, "Chagrin d’amour" rappelle aussi à quel point il est troublant de voir son papa pleurer pour une autre que sa maman. Encore un spectacle de la Galafronie qui réunit de nombreux atouts pour séduire les enfants. Ils entreront les yeux fermés dans cet univers qui leur ressemble et s’en iront heureux d’avoir été compris. L’art de la justesse.


Rens. : pascale@galafronie.be ou 02.217.88.08. Coup de cœur de la presse.