De la lettre à la phrase, de la nature à la culture

Le Festival Emulation, dont l’édition 2009 propose, jusqu’au 17 octobre, un regard rétrospectif et éclectique sur quelques aventures scéniques originales des dernières années en Communauté française, n’en a pas moins vu naître un spectacle neuf.

Marie Baudet

Le Festival Emulation, dont l’édition 2009 propose, jusqu’au 17 octobre, un regard rétrospectif et éclectique sur quelques aventures scéniques originales des dernières années en Communauté française, n’en a pas moins vu naître un spectacle neuf. Après "La Meuse obscure" et "La Forêt des origines" - par ailleurs repris ici -, "L’Horizon lent" vient clore le triptyque imaginé par Patrick Corillon. Plasticien, celui-ci a, avec la complicité de la comédienne Dominique Roodthooft, composé cette "fantaisie lettriste en trois tableaux" en s’appuyant tant sur le conte que sur l’image. Image façonnée par l’artiste et manipulée dans le présent de la scène, à l’ombre du castelet central - dont, au terme du spectacle, le public est invité à découvrir les rouages.

Là où, dans les épisodes précédents, le mot, la lettre et la nature constituaient les arêtes du récit, cette fois la fable - toujours inventive, nourrie de traditions, jalonnée de surprises comme l’apparition, en guest star, de l’écrivain Oskar Serti, personnage d’un précédent et mémorable spectacle-parcours de la Cie Grand-Guignol, rebaptisée le Corridor en 2004 - s’attache davantage à la phrase, ainsi qu’en témoignent formellement les incises longues et horizontales du castelet, et à la culture, quête ultime du Diable.

Avec ses figures qui sont ici littéralement des "caractères" (leurs silhouettes en sont composées), ses ombres, ses lumières, ses prises de position d’éléments graphiques s’échappant vers la troisième dimension, "L’Horizon lent" boucle un récit jamais enfermé dans sa forme, une oeuvre ambitieuse et artisanale, fragile et rigoureuse, généreuse et poétique.

Liège, Théâtre de la Place (petite salle), jusqu’au 17 octobre, à 19h. Durée : 60 min. env. Infos rés. : 04.342.00.00, www.theatredelaplace.be

A noter que le Théâtre de la Place accueille, lundi soir, la remise des Prix de la critique de théâtre et de danse (Patrick Corillon y est nominé dans la catégorie "meilleur auteur"). Déplacement en car possible depuis Bruxelles. Rés. indisp.