Bête de style

Pier Paolo Pasolini (1922-1975), poète enragé étrange, communiste, intellectuel, cinéaste à la fin tragique, nourrit l’imaginaire du metteur en scène Frédéric Dussenne. Après "Affabulazione" présentée au Rideau de Bruxelles en février dernier, "Bête de style", sera représentée du 7 au 25 septembre à l’Atelier 210 (en partenariat avec le Rideau).

Bête de style
©D.R.
C.P.

Pier Paolo Pasolini (1922-1975), poète enragé étrange, communiste, intellectuel, cinéaste à la fin tragique, nourrit l’imaginaire du metteur en scène Frédéric Dussenne. Après "Affabulazione" présentée au Rideau de Bruxelles en février dernier, la seconde création du diptyque, "Bête de style", sera représentée du 7 au 25 septembre à l’Atelier 210 (en partenariat avec le Rideau).

Dans ce récit, ultime pièce du poète, Pasolini mêle son propre destin à celui de Jan Palach, l’étudiant tchèque qui s’immola par le feu le 16 janvier 1969 à l’âge de vingt et un ans pour protester contre l’invasion de son pays par les chars russes. Figure tragique, la fin de l’étudiant résonne avec l’assassinat violent de l’auteur lui-même. Au travers du récit de ce jeune révolutionnaire, c’est l’histoire du XXe siècle qui se dessine en filigrane.

Portée par un chœur de jeunes comédiens - Julien Coen, Vanessa Compagnucci, Caroline Detez, Muriel Legrand, Josselin Moinet, Renaud Tefnin - la mise en scène de Frédéric Dussenne sera nourrie de musique. Récit épique entrecoupé de morceaux - l’Internationale, le Chant des partisans, Kurt Weill, Bach et des polyphonies populaires d’Europe de l’Est - interprétés par les acteurs, "Bête de style" explorera plusieurs dimensions scéniques. Quant à la scénographie, elle "bouleversera le rapport acteur/spectateur en faveur de la fragilité et de l’intimité", écrit Frédéric Dussenne.

Bruxelles, Atelier 210, du 7 au 25 septembre. Infos : 02.732.25.98 et info@atelier210.be

Sur le même sujet