La Ligue d’impro redémarre de plus belle

La semaine dernière, Jean-Marc Cuvelier lançait sa pantoufle pour attirer l’attention sur la Ligue d’impro, menacée cette saison par manque de subsides. "On continue notre grande aventure en la faisant évoluer mais nous avons des soucis financiers, expliquait le directeur et cofondateur de la Ligue d’impro.

Camille Perotti
La Ligue d’impro redémarre de plus belle

La semaine dernière, Jean-Marc Cuvelier lançait sa pantoufle pour attirer l’attention sur la Ligue d’impro, menacée cette saison par manque de subsides. "On continue notre grande aventure en la faisant évoluer mais nous avons des soucis financiers, expliquait le directeur et cofondateur de la Ligue d’impro. Sans un soutien et une reconnaissance de la Communauté française, malgré vingt-six années de Ligue, ce sera la dernière saison." Déjà tronquée de trois week-ends, la série de matches a commencé joyeusement sur la patinoire le 6 février et se déroulera jusqu’au 6 avril malgré l’angoisse des dettes qui s’accumulent puisque la saison "a été lancée sans un sou".

Le dépit de Jean-Marc Cuvelier provient surtout des demandes : "Il faut diffuser plus, produire et coproduire plus, mais si on ne reçoit pas les moyens en conséquence, c’est impossible. On n’arrive déjà pas à boucler une saison".

Des idées plein la tête, l’enthousiasme et l’énergie au rendez-vous, l’équipe de la Ligue d’impro était lasse de rester dans l’incertitude et d’attendre "le renouvellement d’une convention de quatre ans qui est prorogée d’année en année".

Désormais seul à la barre, Jean-Marc Cuvelier n’a reçu les subsides pour l’année 2010 qu’en début d’année 2011. Et il semble bien que son cri d’alerte ait résonné dans les couloirs du ministère de la Communauté française et que sa demande de réponse ait été entendue puisqu’il a obtenu un rendez-vous, hier après-midi, au cabinet de Fadila Laanan, ministre de la culture. Il nous explique : "J’ai rencontré Pol Mareschal qui s’occupe des arts de la scène et Virginie Vandeputte, directrice de Cabinet adjointe Culture, parce qu’ils viennent de recevoir l’avis du Conseil d’art dramatique qui est positif. La Ligue d’impro va recevoir la même subvention que l’année 2010 (NdlR : 54 000 euros) mais indexée, soit 55 090 euros. C’est un soulagement vis-à-vis de tous les engagements que j’ai pris pour la saison." Outre l’aspect financier, cet avis positif constitue également "u ne reconnaissance de la Ligue d’impro. Au cabinet, on a compris l’intérêt de ces spectacles pour les écoles, les spectateurs, les comédiens C’est une bonne avancée."

Concernant le renouvellement de la convention de quatre ans avec l’augmentation budgétaire demandée, Jean-Marc Cuvelier nuance sa réjouissance : "Ce qui est rassurant, c’est de savoir que je vais pouvoir payer l’année. Pour la suite, on m’a promis un renouvellement de convention mais il faudra voir si l’augmentation sera accordée pour remplir notre cahier des charges. Je ne peux rien prévoir pour l’année prochaine."

Du côté du cabinet de la ministre, Virginie Vandeputte, la directrice de Cabinet adjointe en charge de la Culture, confirme l’octroi de la subvention pour l’année 2011 : "La lettre de bonne nouvelle est partie !" A propos de la convention, elle ajoute : "Il est certain que des moyens supplémentaires seront alloués à la Ligue d’impro dans le cadre du renouvellement de convention. Le montant sera arrêté en fonction du budget culturel, nous ferons une proposition. Les procédures administratives sont en route, en tout cas, la subvention 2011 de 55090 euros doit encore être visée par le budget mais elle est acquise." Nul doute que les 10 000 spectateurs de la saison passée se réjouissent déjà de relancer leur pantoufle.

Bruxelles, Théâtre Marni, tous les dimanches et lundis à 20h jusqu’au 11 avril. De 13 à 18 €. Infos : www.ligueimpro.be