Un Flamand peut faire rire un francophone

C'est un moment important pour la version francophone de mon spectacle. J’ai joué pour la première fois en français à Tournai en 2008. C’est Bruno Coppens qui m’a un jour proposé de tenter de faire un spectacle en français. Il faut savoir qu’il y a trois ans, je ne parlais pas français !

Un Flamand peut faire rire un francophone
©Photonews

C'est un moment important pour la version francophone de mon spectacle.

J’ai joué pour la première fois en français à Tournai en 2008. C’est Bruno Coppens qui m’a un jour proposé de tenter de faire un spectacle en français. Il faut savoir qu’il y a trois ans, je ne parlais pas français ! Mais comme je suis fou, j’ai voulu essayer. Bruno Coppens m’a recontacté par après en me disant : "Tu peux essayer dans quelques semaines à Tournai."

Je me vois encore garé sur le parking d’une station-service entre Enghien et Tournai, essayant d’apprendre mon texte par cœur. J’étais très nerveux, mais je me disais : "Allez, dans une heure, je le connais." Je me persuadais qu’il était possible de faire rire les francophones, même si nos cultures sont différentes.

Les gens me reparlent parfois de ce premier spectacle, ils me disent que mon français n’était pas très fluide et que j’avais l’air très nerveux. Ça a été une réussite, mais pas un succès fou. Le public a quand même ri à environ 80 % de mon texte, c’était donc possible ! Mais il y avait encore beaucoup de travail.

Dans mes spectacles en néerlandais, j’improvise tout le temps, je pose des questions aux gens, et je m’en sers comme fil rouge. Le problème, c’est que parfois, en français, je ne comprends pas la réponse, car les gens parlent trop vite ou en patois. Et puis, il faut se plonger dans la culture francophone, s’adapter. Par exemple, je sais très bien imiter Bert Anciaux, mais côté francophone, il n’est pas très connu. Je dois vraiment me plonger dans votre culture, connaître des politiciens ou des artistes qui ne sont pas connus en Flandre.


Qui est Bert Kruismans? Bio : Bert Kruismans est un humoriste flamand qui a franchi la frontière linguistique grâce à son spectacle "La Flandre pour les nuls". Il a également été sacré "homme le plus futé du monde" dans le programme "De Allerslimste Mens ter Wereld" sur la VRT. En six dates 13 mars 1966 : je suis arrivé. (J’ai eu, en 1979, 13 ans le vendredi 13. Oui, je suis né pour le bonheur !) 7 mars 1996 : la naissance de mon premier enfant (dans la mesure où je sais). 31 mars 2000 : mon mariage (ma femme ne voulait pas se marier le 1er avril). 2 avril 1990 : la première fois que je disais aux auditeurs de la VRT : " Bonsoir." 14 février 1980 : la première fois que je faisais un petit spectacle d’humour pour une audience. On était payé avec des stylos. 20 août 2000 : la naissance de mon deuxième enfant (oui, dans la mesure où ).


Sur le même sujet