Un art supérieur et différent

"Le Mystère Musical Coréen" H H H H. Quatre chapitres : "L’Eveil", "La Maîtrise", "Les concours" et "La consécration". Visages en très gros plan, paroles comptées, sourires - parfois fous-rires - éloquents, la caméra découvre les héros coréens de l’intérieur, révèle leur talent, leur passion et leur courage, et dévoile leurs rêves. A Séoul où, rien que pour les disciplines artistiques, le conservatoire et l’université totalisent près de 50 000 étudiants, l’ambiance est à la gamme plus qu’à la guindaille, mais toujours dans une joie et une énergie perceptibles (les Coréens sont les "Latins" de l’Asie). Il y a l’euphorie suscitée par l’omniprésence de la virtuosité, il y a aussi la gravité de destins totalement voués à un idéal de perfection. Bach, Mozart ou Stravinski prendront corps plus tard, comme l’expliquent, in fine, René Jacobs et la merveilleuse Sunhae Him. A travers le mystère coréen, une plongée dans le mystère musical.(MDM)

"Le Mystère Musical Coréen" H H H H. Quatre chapitres : "L’Eveil", "La Maîtrise", "Les concours" et "La consécration". Visages en très gros plan, paroles comptées, sourires - parfois fous-rires - éloquents, la caméra découvre les héros coréens de l’intérieur, révèle leur talent, leur passion et leur courage, et dévoile leurs rêves. A Séoul où, rien que pour les disciplines artistiques, le conservatoire et l’université totalisent près de 50 000 étudiants, l’ambiance est à la gamme plus qu’à la guindaille, mais toujours dans une joie et une énergie perceptibles (les Coréens sont les "Latins" de l’Asie). Il y a l’euphorie suscitée par l’omniprésence de la virtuosité, il y a aussi la gravité de destins totalement voués à un idéal de perfection. Bach, Mozart ou Stravinski prendront corps plus tard, comme l’expliquent, in fine, René Jacobs et la merveilleuse Sunhae Him. A travers le mystère coréen, une plongée dans le mystère musical.(MDM)

Un film de Thierry Loreau et Pierre Barré, avec Didier Hill-Derive (caméra), Olivier Ronval (son), Pieter Peeters (montage), Jean-François Gosselin (mixage). 75 min. Diffusion le samedi 19 mai, à 23h30, sur La deux, et le vendredi 25 mai, à 21h05, sur La trois.

Sur le même sujet