Il était une fois

L’audace fait partie de ses piliers, la diversité aussi : le festival implanté dans la petite entité hennuyère se distingue des théâtres urbains, sans céder sur la qualité et ses exigences, dans un souci d’accessibilité maximale. Théâtre au vert décline la chose - outre sa programmation de spectacles, une dizaine cette année -, notamment sous forme de stages pour enfants, ados et adultes, ainsi que de rencontres professionnelles.

M.Ba.

L’audace fait partie de ses piliers, la diversité aussi : le festival implanté dans la petite entité hennuyère se distingue des théâtres urbains, sans céder sur la qualité et ses exigences, dans un souci d’accessibilité maximale. Théâtre au vert décline la chose - outre sa programmation de spectacles, une dizaine cette année -, notamment sous forme de stages pour enfants, ados et adultes, ainsi que de rencontres professionnelles.

Les Baladins du Miroir, habitués des lieux, y présentent sous leur chapiteau la nouvelle mise en scène de Nele Paxinou, "Le Producteur de bonheur", de Vladimir Minac (23/8), ainsi que leur version des "Aventures de Pinocchio" (26/8).

Adapté du conte d’Andersen, "Un petit soldat de plomb", par la Cie Arts & Couleurs, s’adresse à tous dès cinq ans : entre popote et papote, une mise en scène de Vincent Raoult (24-25/8). De Dominique Bréda - et mis en scène par l’auteur en tandem avec Catherine Decrolier -, "Délivre-nous du mal" sonde avec le sourire le business de l’Eglise, la foi, le mal de vivre (24/8, 18h). D’après "Dans le noir", de Régis Duqué, "Au milieu de ce trouble, arrêtons-nous (un instant) et jouons dans le noir" met sur un plateau deux histoires distinctes autant que déjantées (mafia, femmes fatales, rock’n’roll, etc.), interprétées par quatre comédiens (24/8, 20h30). Gwen Berrou, avec le concours de Céline Rallet pour la dramaturgie et le choix des textes, s’est composé un solo aussi composite que personnel autour de la chute, de la perte, et de la distorsion de la perception : "Fall into the show" (24/8, 22h30).

Samedi 25, se succéderont "Othello", de Shakespeare, par le Plak’Art Théâtre, le Théâtre de Poche avec "Les Monologues de la Marijuana", "L’Ecume des jours", de Vian, dans la mise en scène d’Emmanuel Dekoninck, et "Simon a toujours aimé danser", par l’Abat-Jour Théâtre - accueil québécois.

Et dimanche midi, sonnera l’heure d’une lecture apéritive : "Marguerite Yourcenar, une vie hors des chantiers battus."

Thoricourt (entité de Silly), du 23 au 26 août. De 8 à 12 €. Infos&rés. : 068.65.96.26, www.theatreauvert.be