Marquage de territoire

Son solo - qu’elle a intitulé de sa propre date de naissance - a vu le jour au Festival OctoberDanse, Bit Teatergarasjen, à Bergen, Norvège, le 17 octobre 2004. S’il continue d’exister, de vivre, si elle le recrée en 2012, c’est que la vie elle-même avance et avec elle la recherche d’une artiste en même temps que l’évolution d’une femme.

Marie Baudet
Marquage de territoire
©Kosi Hidama

Son solo - qu’elle a intitulé de sa propre date de naissance - a vu le jour au Festival OctoberDanse, Bit Teatergarasjen, à Bergen, Norvège, le 17 octobre 2004. S’il continue d’exister, de vivre, si elle le recrée en 2012, c’est que la vie elle-même avance et avec elle la recherche d’une artiste en même temps que l’évolution d’une femme : la version d’origine, de quinze minutes, a triplé en huit ans, absorbant de nouveaux éléments.

Mémoire, réalité et intimité - du corps, de l’esprit, "sense and sensibility " - constituent "25.06.76". Ironie et danger l’irriguent, humour et contradictions l’habitent. L’entame un long et invraisemblable équilibre sur une jambe, l’autre repliée à angle droit. Posture dont elle se libère pour aussitôt, avec une délicieuse désinvolture mêlée de rigueur, occuper le plateau des Tanneurs - que connaît bien la chorégraphe née en Argentine et installée à Bruxelles depuis une douzaine d’années.

C’est qu’il y a chez Ayelen Parolin un mélange pas banal d’extraordinaire naturel et de maîtrise absolue. Un vrai mélange, car elle arrive à glisser l’un dans l’autre et vice versa. Pas plus hiérarchisée que narcissique, sa pièce autobiographique additionne les couches, les structure dans une forme pourtant libre qui affirme autant qu’elle questionne ce dont se construit l’humain : une histoire, des racines dont on hérite et d’autres qu’on plante, des essais et des erreurs, des choix et des joies - une voie.

Bruxelles, les Tanneurs, jusqu’au 27 octobre à 20h30. Durée : 50 minutes. De 5 à 10 €. Infos & rés. : 02.512.17.84, www.lestanneurs.be