Notre sélection

Théâtre (suite)

Théâtre (suite)

Semianyki

Sans un mot, les déboires d’une folle famille et sa lutte incessante pour le pouvoir. Entre un père alcoolique, une mère enceinte et des enfants déjantés et créatifs qui menacent de trucider leurs parents pour exister, l’absurde règne.

Namur, Théâtre royal, du 18 au 22 déc. Tél. 081.226.026.

Silence en coulisses

Une troupe s’apprête à jouer une pièce de boulevard sans prétention, mais les rivalités prennent le dessus, le succès annoncé tourne au cauchemar. Daniel Hanssens met en scène ce classique de la comédie signé Michael Frayn.

Bruxelles, C.C. Uccle, du 18 au 31 décembre. Tél. 02.374.64.84.

Un de la Canebière

Les Carboni, troupe de théâtre forain marseillaise, reprennent cette opérette de Vincent Scotto, René Sarvil et Henri Alibert façon Commedia dell’arte. Douze comédiens, chanteurs et musiciens dans un cabaret bondissant, sous le signe du soleil, de l’amour et des sardines.

Louvain-la-Neuve, Vilar, du 13 au 21 et le 31 décembre. Tél. 0800.25.325.

Vivons heureux en attendant la mort

Des textes de scène, de télé, de radio, des inédits aussi : les mots de Pierre Desproges sont portés par Dominique Rongvaux, sous l’œil de Fabrice Gardin.

Bruxelles, Riches-Claires, jusqu’au 22 déc. Tél. 02.548.25.80.

Danse

Juste ciel

Julia Arbey est la nouvelle incarnation du rôle créé par Nicole Mossoux en 1985 dans cette pièce inaugurale des recherches de la Cie Mossoux-Bonté. Vingt tableaux enchevêtrés pour une comédie du sacré où le corps joue aux apparitions et récite jusqu’à l’absurde le rosaire des gestes appris. Revisiter "Juste ciel", c’est, dit Nicole Mossoux, "tenter la réincarnation du geste et la réactualisation de la forme, mais c’est aussi se reposer la question du religieux aujourd’hui [ ] "

Bruxelles, Varia, jusqu’au 20 décembre. Tél. 02.640.82.58.