Le magicien d’Oz ravit les enfants

Malgré une durée de 2h30, ce spectacle féérique, aux décors mouvants, costumes colorés et danses entrainantes, n’offrait pas l’occasion à son jeune public de se retourner pour demander "C’est bientôt fini ?". On entendait plutôt "C’est génial !". Compte-rendu.

Le magicien d’Oz ravit les enfants
©Luk Monsaert
Dorian de Meeûs

Présentée à Forest National, l’adaptation francophone de la comédie musicale Le Magicien d’Oz (conte de 1900 adapté au cinéma en 1939 par Victor Fleming) a largement répondu aux attentes du public familial qui s’y pressait. Dès l’âge de deux ans, les enfants étaient tantôt dansant sur leurs sièges, tantôt effrayés par les effets spéciaux ou les cris de l’affreuse sorcière de l’Ouest interprétée par la Canadienne Natasha St-Pier.

Malgré une durée de 2h30, ce spectacle féérique, aux décors mouvants, costumes colorés et danses entrainantes, n’offrait pas l’occasion à son jeune public de se retourner pour demander "C’est bientôt fini ?". On entendait plutôt "C’est génial !". Les plus timorés attendront la mort de la méchante sorcière pour être complètement conquis.

Le magicien d’Oz ravit les enfants
©Luk Monsaert


Refrain en anglais

Le déroulé du conte est respecté à la lettre. Se sentant incomprise et mal aimée, la jeune Dorothy – interprétée par la rayonnante Candice Parise – s’enfuit, avec son chien, de la ferme du Kansas où elle habite avec son oncle et sa tante. Dans une tornade mise en scène à travers des effets de projections vidéo, la jeune fille est emportée dans un monde imaginaire où seul le Magicien d’Oz pourra l’aider à faire le chemin inverse. Sur sa route en briques jaunes, elle croise un épouvantail en manque de cerveau, un bûcheron en ferraille sans cœur et un lion craintif.

Pour sa part, le public adulte apprécie surtout les danses et les chants, à commencer par le célèbre Somewhere over the rainbow remarquablement chanté par Dorothy en français, mais avec le refrain original en anglais. (photo)