La nouvelle vie du Rideau

La nouvelle vie du Rideau
©Alice Piemme / AML
Marie Baudet

Scènes Après une première saison ixelloise remarquée, bilan et cap sur 2015-2016. Rencontre Marie Baudet

Institution de plus de 70 ans, le Rideau de Bruxelles aura connu, après son départ de Bozar, quelques années de nomadisme. L’expérience - difficile, "même si on en a tiré une force" - a pris fin avec les locaux de l’XL-Théâtre attribués au Rideau, qui allait en faire sa Maison de théâtre.

Michael Delaunoy, directeur artistique, et Catherine Briard, secrétaire générale, dressent le bilan de la première saison écoulée en ce nouveau lieu. S’il pointe le "facteur chance" vu sa programmation à risque (majorité de création, peu de répertoire…), Michael Delaunoy se réjouit de la "vraie émulation" sentie et avérée, avec 84 % d’occupation de salle. Les 120 places d’aujourd’hui devraient monter après les travaux jusqu’à 160 à 180 sièges selon la configuration. Le projet (cliquez ici pour le découvrir) évolue, le budget aussi, les négociations se poursuivent. Alors que les théâtres de la Fédération Wallonie-Bruxelles attendent sous peu les décisions concernant leurs contrats-programmes.

Clairvoyance et prise de risque

Parmi les débats qui émaillent ces temps de restriction, Michael Delaunoy, s’il tient comme beaucoup à maintenir l’artiste au centre, insiste : "Attention à ne pas déprofessionnaliser les outils." Et prône la clairvoyance. "Méfions-nous de ne subventionner que le succès, quand une des grandes forces de la Belgique artistique réside dans l’audace, dans la recherche. Prenons en compte les missions…"

La prise de risque est une des caractéristiques revendiquées de la maison, sinon du secteur théâtral tout entier. En plus de l’imprévisibilité du succès. "Mais quand une chose fonctionne, on la reprend, on la tourne !" souligne le directeur, d’ailleurs ravi de voir deux coproductions du Rideau programmées cet été aux Doms : "Elle(s)" de Sylvie Landuyt et "Loin de Linden" de Veronika Mabardi (notre photo, avec Véronique Dumont, Valérie Bauchau et Giuseppe Lonobile, ce dernier signant également la mise en scène) . Deux spectacles à retrouver la saison prochaine, à côté notamment de nouvelles mises en scène de Frédéric Dussenne ("Crever d’amour" d’Axel Cornil), Michael Delaunoy ("Warda" de Sébastien Harrisson) ou Lorent Wanson ("Lehman Trilogy" de Stefano Massini).

Notons encore, parmi les grands accents, un travail intensifié sur les auteurs belges, des lectures et des rencontres, un service éducatif renforcé.

Rideau de Bruxelles, 7a rue Goffart, 1050 Bruxelles.
Infos, rés., progr. complet de la saison 15-16: 02.737.16.01 / www.rideaudebruxelles.be