"La Mélodie du bonheur" créée à Bruxelles

Daniel Hanssens et Jack Cooper montent la comédie musicale : une belle aventure.

Camille de Marcilly
"La Mélodie du bonheur" créée à Bruxelles
©Bruno Mullenaerts

Daniel Hanssens et Jack Cooper montent la comédie musicale : une belle aventure.

En Belgique et en France, le film de 1965 amplement récompensé est souvent plus connu que la comédie musicale dont il est adapté. "La Mélodie du bonheur" de Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II raconte la vie mouvementée de Maria von Trapp, son histoire d’amour avec "le capitaine", les sept enfants qu’elle initie au chant… mais aussi la montée du nazisme dans l’Autriche d’avant-guerre. "En 2006, j’ai vu le spectacle à Londres, c’était le choc ! Le thème, la mise en scène, tout était bien plus fort en spectacle qu’en film, raconte Jack Cooper, metteur en scène. Je me suis dit qu’il faudrait le monter un jour. Il y a deux ans, on a pris la décision, à trois, de se lancer dans ce projet."

Une aventure humaine

Cette création ambitieuse, avec plus de 35 artistes sur scène, un orchestre de onze musiciens mais aussi, à l’œuvre, un directeur musical (Pascal Charpentier), un scénographe (Dimitri Shumelinski), un artiste lumières (Laurent Kaye), une costumière (Françoise van Thienen), une coach vocal (Isabelle Rigaux), une chorégraphe (Joëlle Morane), méritait bien deux metteurs en scène. Daniel Hanssens et Jack Cooper, à la tête du festival Bruxellons ! qui anime chaque été le beau site du château du Karreveld, ont choisi de porter à la scène cette comédie musicale, avec Olivier Moerens qui signe la dramaturgie. "C’est la première fois que je travaille de cette manière avec quelqu’un, explique Daniel Hanssens, dans les gradins face au décor impressionnant. Nos compétences se complètent. Cela fait sept ans que l’on prend des risques ensemble, donc on se connaît bien et on n’est pas trop de trois." Ce spectacle à grande distribution où les artistes jouent, chantent et dansent, "est le fruit de beaucoup d’envies. Tous ceux qui participent savent qu’il s’agit d’une aventure. Tout le monde joue le jeu."

Le retour de la comédie musicale

Alors que chacun s’affaire à l’ombre avec, d’un côté, l’orchestre et le chœur qui répètent le final (époustouflant) et, de l’autre, les joyeux enfants qui ajustent des chansons, les créateurs se succèdent auprès des metteurs en scène. La costumière demande un accord pour teindre des chaussures, le téléphone sonne, puis le scénographe vient informer Jack Cooper et Daniel Hanssens qu’il a trouvé une solution rapide pour déployer un grand drapeau.

"Notre volonté avec ‘La Mélodie du bonheur’, c’est aussi de ramener en Belgique des comédies musicales à l’anglo-saxonne, comme ‘Cabaret’ que le théâtre Le Public et le National ont produit, ajoute Jack Cooper. Là, le texte et la musique sont mêlés; dans les spectacles à la française, on alterne un texte avec une chanson face public." Pour Laure Godisiabois, qui incarne le rôle phare de Maria von Trapp, "relancer les comédies musicales en Belgique, c’est un fameux pari ! Le rôle est génial, je suis très heureuse de faire partie du spectacle". Les auditions ont naturellement mené les metteurs en scène vers la perle rare, celle qui sait jouer, danser et chanter, mais aussi dotée de "la générosité nécessaire" recherchée par Daniel Hanssens. Si elle a déjà chanté dans des spectacles comme "La revanche de Gaby Montbreuse", "c’est un grand rôle mythique", explique-t-elle. "C’est une Maria von Trapp dans l’âme, elle est toujours positive, c’est une grande travailleuse, un grand bonheur !", confie Daniel Hanssens qui ne cache pas son enthousiasme, "elle sera magnifique !"


--> Château du Karreveld, festival Bruxellons !, du 11 juillet au 4 septembre. Infos & rés. 02.724.24.24; www.bruxellons.be