Un "Fantômas" déjanté et réussi

Au Théâtre du Parc, une histoire de terroriste devient un spectacle familial. Critique.

Charles Van Dievort
Un "Fantômas" déjanté et réussi

Il fallait oser ! Jouer et maintenir "Fantômas" à l’affiche - le premier terroriste de l’ère moderne, le Maître du Crime, le Prince de l’Effroi - moins d’une semaine après les sanglants attentats de Paris. Avec un meurtre et des coups de feu en guise de début. Et pourtant, quel bonheur.

Le Théâtre du Parc a eu le nez fin avec cette pièce qui se regarde comme on voit un film. Rien à voir avec les "Fantômas" de de Funès cependant, même si on rit beaucoup. Thierry Janssen a parfaitement adapté les aventures de ce personnage de roman-feuilleton très populaires du début du XXe siècle pour en faire une pièce à la fois drôle et énergique.

Othmane Moumen en souplesse

Une réussite sur tous les plans. On s’amuse des références dans le texte (Audiard, etc.). On se délecte des personnages. Fantômas et son masque bien sûr, interprété par Othmane Moumen dont il faut souligner les prouesses physiques et la remarquable souplesse. L’inspecteur Juve (Jean-Marc Delhausse), le journaliste Fandor (Damien De Dobbeleer) Lady Beltham (Muriel Clairembourg) et Hélène (Héloïse Jadoul) sont évidemment tous là et bien campés. Il y a aussi le truculent Bouzille qu’incarne Thierry Janssen et le patron de presse Borglum (Didier Colfs) qui n’est pas sans rappeler William Randolph Hearst, le magnat de la presse qui inspira "Citizen Kane" à Orson Welles.

Sur les toits de Paris

La mise en scène particulièrement dynamique et délirante de Jasmina Douieb est un régal. Les courses-poursuites rocambolesques se multiplient : sur les toits, en voiture, dans un labyrinthe sous-terrain. Les séquences vidéo qui rythment le spectacle sont délicieusement truffées d’humour.

On ne soulignera jamais assez le talent du tandem Thibaut De Coster-Charly Kleinermann à la scénographie. Ils sont parvenus à reconstituer Paris, ses rues et ses toits avec des trouvailles géniales. Les décors valent à eux seuls le déplacement et changent sous les éclairages. Tantôt sombres et menaçants, tantôt gais. Sans parler du lion de Waterloo.

Cerise sur le gâteau, ce "Fantômas", malgré un sujet qui ne prête pas à rire au départ (le terrorisme et le crime ont-ils de quoi faire rire par les temps qui courent ?), est assurément un rendez-vous pour toute la famille. N’hésitez pas à y emmener vos enfants à partir de 9 ans. Il ne fait pas de doute qu’ils en sortiront un sourire radieux sur le visage.

Bruxelles, Théâtre du Parc, jusqu’au 19 et le 31 décembre. Tél. 02.505.30.30. www.theatreduparc.be