"Scapin 68" ou Molière version "peace and love"

Critique Stéphanie Bocart
"Scapin 68" ou Molière version "peace and love"
Thierry Debroux met en scène un Scapin soixante-huitard. Diablement jouissif. Au Parc.

De prime abord, le pari peut sembler osé, risqué, incongru voire carrément casse-pipe : transposer l’un des textes les plus mythiques de Molière,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité