Une piste aux espoirs à vous faire tourner la tête

Une programmation très alléchante à Tournai. Le festival arrive avec des giboulées circassiennes des plus réjouissantes

Une piste aux espoirs à vous faire tourner la tête
©Ian Grandjean

Les changements climatiques ont beau inquiéter les climatologues, la météo circassienne reste imperturbable, et multiplie les giboulées acrobatiques, au mois de mars. 

Alors que le festival Hors Pistes fait le plein aux Halles de Schaerbeek, avec un vif succès ce week-end pour La Vrille du chat (cf lalibre.be et nos éditions de demain) , la Piste aux espoirs, aujourd'hui biennale, s'apprête à fêter dignement ses trente ans et sa vingt-cinquième édition. D'autant plus que le festival tournaisien a, malgré tout, connu un sacré coup de chaud dans le cadre des nouveaux contrats-programmes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tout est bien, heureusement, qui finit bien. Après négociations, la ministre de la Culture, Alda Greoli, a reconnu La piste aux espoirs comme un événement majeur des arts du cirque avec un contrat programme de cinq ans et une aide de 60 000 euros par an, soit 120 000 euros par édition. Un soulagement pour Philippe Deman, directeur de la Maison de la Culture. «Cela nous permet de maintenir la programmation au niveau que nous avions réussi à obtenir».

Un rapide coup d’œil au menu de cette année permet de voir à quel point, il dit vrai.

Entre Baro d'Evel, Carré Curieux, Loïc Faure, la nouvelle création du Cheptel Aleïkoum ou encore Akoereacro, le nom des compagnies conviées cette année donne le tournis. Un joli banquet d'anniversaire pour un festival qui avait commencé modestement, grâce à l’enthousiasme de trois associations tournaisiennes : la maison de la culture, Notélé-télévision régionale et Les Amis de Tournai, et de nombreux bénévoles, qui décidèrent d'ouvrir la piste aux cirques amateurs, sous forme de concours. Au fil des ans, il n'a cessé d'évoluer pour se professionnaliser et travailler, pour certains spectacles, main dans la main avec les Halles de Schaerbeek, ou le Prato de Lille, afin de rentabiliser la venue de compagnies étrangères. Ce sera encore le cas, cette année, avec , du Baro d'Evel, qui sera à Lille dès jeudi, et à Bruxelles ces 19 et 20 mars.

Du 12 au 17 mars, la ville aux cinq clochers va vibrer aux sons du cirque avec une vingtaine de spectacles qui se joueront en salle, en rue et surtout sous chapiteaux. Le centre nerveux se trouvera comme toujours du côté de la Maison de la Culture avec le Barnum, QG de tous ces espoirs mais les rues, la Grand-Place et  la Halle aux draps se mettront au diapason.

Deux premières belges également à signaler: Le formidable Cheptel Aleikoum avec Interprète et The Good Place de Marcel et ses Drôles de Femmes.

A ne pas manquer non plus, Dans ton cœur de la Cie Akoreacro ou Burning, de l'Habeas Corpus Compagnie, écrit par Laurence Vielle, Prix de la critique 2018 en catégorie auteur, et nominé en catégorie cirque.

Infos : lapisteauxespoirs.com. Rés.:+32 (0)69 25 30 80 ou billetterie@maisonculturetournai.com