En suspens, les théâtres s’inquiètent de leurs lendemains incertains

La fin de saison est bouleversée, la prochaine sera bousculée. Les employeurs du secteur s’inquiètent de la baisse prévisible des rentrées via le tax shelter.

Les salles vides (ici le Théâtre royal du Parc, à Bruxelles) sont de mise, au moins jusqu'au 19 avril.
Les salles vides (ici le Théâtre royal du Parc, à Bruxelles) sont de mise, au moins jusqu'au 19 avril. ©JC Guillaume

La fin de saison est bouleversée, la prochaine sera bousculée. Les employeurs du secteur s’inquiètent de la baisse prévisible des rentrées via le tax shelter.

Avec quelque 10 000 événements annulés à ce jour en raison de la crise du coronavirus, le

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet