Théâtre d'ombres, d'humains et de liens: la Balsa et les nouvelles mesures anti-Covid

La Balsamine est, comme tous les lieux de spectacle, soumise aux nouvelles mesures annoncées par le Comité de concertation. Sa directrice Monica Gomes réagit.

Théâtre d'ombres, d'humains et de liens: la Balsa et les nouvelles mesures anti-Covid
©Fanny Dreyer

À la Balsamine, deux spectacles se profilent dans les prochaines semaines. "Notre réalité, aujourd'hui, ce sont des équipes de création au travail. Et les répétitions sont maintenues", déclare Monica Gomes. Avec les difficultés que cela suppose : récemment, une équipe technique au complet a été mise en quarantaine, et donc dû être remplacée.

Le spectacle jeune public Au pied des montagnes, d'Une Tribu Collectif, se joue dès le 7 novembre, en petite salle. Toutes les représentations affichaient complet, or les nouvelles restrictions font passer la jauge de 70 à 30 places. Mission maintenant: rappeler les spectateurs – sans pouvoir, à ce stade, leur proposer un report de date.

S'accrocher

Pour Les Lianes, création théâtre/musique de Françoise Berlanger (du 10 au 15 novembre, avec Ars Musica), même problème mais en grande salle où, sur les 170 places, 50 seulement pourront être occupées. "Pour certaines dates, les réservations étaient bien au-delà de ce nombre... Ce sont des mesures très lourdes", poursuit la directrice de ce théâtre à la convivialité légendaire. Plus question, depuis un moment déjà, de s'attarder au bar ou à table avant ou après la représentation. "On étudie la possibilité de la vente de plats à emporter, afin de ne pas annuler les contrats du cuisinier." Un calcul qui, comme les autres pour Monica Gomes, "doit avoir du sens"

Le sens, même si les finances durement affectées par la crise sont "complètement en berne", c'est de tenir. "Pour les équipes qui travaillent, qui créent". Si le secteur a reçu vendredi matin l'autorisation de continuer, c'est un "statu quo aggravant", résume Monica Gomes. "Mais on a envie de s'accrocher. Et le public, jusqu'ici, répond présent..."

L'importance du symbole

Aucun foyer de contamination n'a été avéré dans les salles de spectacle. "Le risque, car il existe, se trouve parmi les équipes, sur les plateaux." Les cas de répétitions voire de représentations suspendues pour "alerte corona" et mise en quarantaine ne sont pas rares, indiquant là aussi que toutes les précautions sont prises.

Quant aux séances scolaires et aux ateliers (en l'occurrence de théâtre d'ombres avec Une Tribu), ils sont pour l'instant maintenus et représentent "un vrai souffle: on voit à quel point l'activité culturelle et l'échange sont essentiels". Et bien que toute activité entraîne en ce moment des coûts supplémentaires (nettoyage accru, désinfection, accompagnement...), "on continue parce que cela a du sens. Oui, avec la réduction des jauges on touche moins de personnes, mais la symbolique compte", conclut la directrice de la Balsamine.

  • www.balsamine.be

Sur le même sujet