Occupation du Théâtre national : utopies, premières volontés et effets secondaires

Quand les luttes convergent, du secteur culturel aux revendications des sans-papiers.

Les mots de l’activiste Cédric Herrou bombés et accrochés par Marie-Aurore D’Awans sur la façade du Théâtre national occupé, à Bruxelles.
Les mots de l’activiste Cédric Herrou bombés et accrochés par Marie-Aurore D’Awans sur la façade du Théâtre national occupé, à Bruxelles. ©Ennio Cameriere
Mai 68, Paris. Le Théâtre de l’Odéon – alors dirigé par Jean-Louis Barrault, tandis qu’André Malraux est le ministre français de la Culture –, occupé, devient...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet