Le Festival Bruxellons ! a la comédie musicale dans le sang

“Blood Brothers” au Karreveld allie magie, humour, tendresse et talent. À voir !

Damien Locqueneux et Jeremy Petit dans les rôles-titres des jumeaux Mickey et Edward.
Damien Locqueneux et Jeremy Petit dans les rôles-titres des jumeaux Mickey et Edward. ©Grégory Narvarra

Troisième musical le plus joué au monde, Blood Brothers est pourtant quasi inconnu de ce côté de la Manche et de l’Atlantique. Mais, avec la fabuleuse prestation offerte tout au long de cet été au Karreveld dans le cadre de la 23e édition du festival Bruxellons !, on ne peut que souhaiter que ce spectacle gagne le cœur des spectateurs au-delà des portes du château molenbeekois.

Créé à Londres en 1983 par Willy Russell, Blood Brothers est resté à l’affiche pendant 24 ans ! La reprise d’un tel succès ne pouvait donc pas être mise entre toutes les mains. Après les tubes La Mélodie du Bonheur, Evita, Sunset Boulevard et My Fair Lady, les trois co-producteurs de Bruxellons ! (Daniel Hanssens, Jack Cooper et Olivier Moerens) ont désormais acquis suffisamment d’expérience et d’expertise pour s’attaquer à des musicals plus confidentiels sous nos latitudes tout en en rendant la magie et la magnificence.

Splendide scénographie et orchestre live

Posé dans la cour centrale du Château du Karreveld sur un immense plateau, le décor de Blood Brothers – la scénographie, splendide, est signée Cécile Balate – constitué de tours de briques aux portes de bois et aux toits percés de cheminées se confond harmonieusement avec le bâti environnant. Voici le public immergé dans le Liverpool de la fin des années 50. La nuit tombe sur Molenbeek. Sur les premières notes de l’orchestre live (dirigé par Laure Campion), la troupe s’avance en chœur et la voix du narrateur (excellent Didier Colfs) s’élève dans un ciel de pleine lune : “Les Johnstone sont morts”. Superstition ou inégalités sociales ? Qu’est-ce qui a scellé leur destin tragique ?

Traverser les âges sans caricature

Mère célibataire d’une ribambelle de gamins, Mrs Johnstone, qui a bien du mal à joindre les deux bouts, apprend qu’elle est enceinte de jumeaux. C’est alors que sa riche employeuse, Mrs Lyons, qui n’arrive pas à concevoir, lui propose d’élever l’un des jumeaux comme son fils. Un pacte est scellé entre les deux femmes : les garçons ne devront jamais apprendre qu’ils sont frères. Mais, à 7 ans, ils se rencontrent par hasard et découvrent qu’ils sont nés le même jour : ils seront frères de sang. Pourtant, à mesure que vont passer les années, les différences vont se creuser inexorablement entre eux…

Le Festival Bruxellons ! a la comédie musicale dans le sang
©Grégory Navarra


Cette histoire, prenante, ne serait rien sans le talent de ses interprètes. Léovanie Raud joue et chante de sa voix empreinte d’un lourd vécu une mère tiraillée entre sa promesse faite à Mrs Lyons (Perrine Delers) et l’amour pour son fils perdu. Damien Locqueneux (Mickey) et Jeremy Petit (Edward) forment, quant à eux, un sacré duo. Des gamins qui jouent aux cow-boys et indiens aux ados qui courent les filles à la fête foraine, les deux artistes traversent les âges (les costumes ont été imaginés par Béatrice Guilleaume) tout en tendresse et humour sans jamais singer leur personnage ou verser dans la caricature. À leurs côtés, le reste de la distribution rythme et dynamise le récit au gré, entre autres, d’ensembles hauts en couleur.

Avec Blood Brothers, on peut désormais affirmer sans risque que Bruxellons ! a la comédie musicale dans le sang.

-> Bruxelles, Château du Karreveld, juqu’au 3 septembre. Infos et rés. au 02.724.24.24 ou sur www.bruxellons.be