Le théâtre, ce chemin qui mène de soi à l’autre

Agora nous emmène "A la Poursuite de l’oie sauvage" avec l’imagination débridée qui le caractérise. Un vrai conte déjanté.

Le théâtre, ce chemin qui mène de soi à l’autre
©Willi Filz
laurence bertels
Si le théâtre existe depuis la nuit des temps, sans doute est-ce parce que « le monde a besoin d'une histoire et que l'histoire a besoin d'un monde ». Comme le rappelle la compagnie Agora aux Rencontres théâtre jeune public dans sa Poursuite de l'oie sauvage. Ce conte déjanté, mis en scène par Catharina Gadelha et Ania Michaelis, les deux nouvelles directrices de la compagnie fondée par Marcel Cremer, repose autant sur « Les sages animaux », un texte de Hannah Arendt, philosophe chère à la troupe, que sur l'interprétation de Sascha Bauer, Matthias Weiland et Nikita Zolotar, tous trois d'une impressionnante physicalité. Mais aussi sur leur envie, leur besoin, leur impérieuse nécessité presque de s'adresser aux enfants pour les emmener ailleurs. C'est tout le sens des Rencontres jeune public qui après une année d'interruption ont repris de plus belle, avec un programme encore plus chargé, un public, désormais masqué et désinfecté sur des rangs (un peu) moins serrés que d'habitude, mais toujours aussi enthousiaste....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité