"Phèdre(s)" par Pauline d’Ollone, la danse verbale des vers de Racine

À la fois assumée et revisitée, la tragédie classique posée comme un acte poétique, actuel, mouvementé.

Phèdre Martyrs
©Gaël Maleux
À l'heure du langage "disruptif" glorifié, devant la schématisation propre aux réseaux sociaux, "proposer un écart", un spectacle en alexandrins, "avec des sentiments et des passions qui dépassent l'entendement...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité