"Ecdysis", du corps conditionné au corps émancipé

Entre Charleroi et Bruxelles, l’édition 2021 de la Biennale de Charleroi danse fourmille de créations et d’accueils. Dont la dernière pièce en date de Jérôme Brabant.

Jérôme Brabant Manège Reims
©Alain Julien

Coproduit entre autres par le Manège – Scène nationale de Reims et Charleroi danse, Ecdysis de Jérôme Brabant est l'un des accueils attendus de la Biennale.

Ecdysis, en grec ancien, désigne la mue des arthropodes. C'est d'une rencontre et d'une transformation qu'est parti le chorégraphe français natif de La Réunion : une femme transgenre de 60 ans, qui a fait sa transition à 50 ans.

Rituel incantatoire

Sans illustrer littéralement cette expérience, sa pièce s’empare du matériau "transformation" pour en explorer la dynamique, à travers ce qui apparaît bientôt comme un rituel incantatoire.

Ceint de rideaux sur trois côtés, un plateau blanc. Un socle drapé, prometteur de révélation. Une sorte de mystère plane tandis que les percussions d’Anthony Laguerre, des voix crescendo précèdent les corps. Deux, d’abord, qui arpentent l’espace d’une marche stylisée, scandée, millimétrée. Deux autres les rejoignent pour une géométrie qui, en quatuor à présent, demeure contrôlée. Poings serrés, visages impassibles. Jérôme Brabant, Maud Pizon, Élodie Sicard et le chanteur Jérôme Marin habitent de leur présence cette cérémonie dont l’austérité va peu à peu se dissoudre.

Vibration intérieure

Un claquement de doigts appelle le scat – ces onomatopées rythmiques dont le jazz a fait son miel – qui bientôt ouvre la voie vers des états d’être plus libres. Vers un ralentissement, aussi, l’écoute d’une vibration intérieure.

Les costumes d’Augustin Rolland, éclair métallisé sur fond noir, estompent les genres au profit de la lumière (Françoise Michel), du geste, des trajectoires qui, de rectilignes au début, s’assouplissent, absorbent le souffle, la voix, le son.

Un glissement s’est produit du corps conditionné au corps émancipé dans ce travail sur la structure, la norme, et les moyens d’en échapper.

  • Bruxelles, le 140, les 26 et 27 octobre – www.le140.be
  • Charleroi, les Écuries, les 28 et 29 octobre – www.charleroi-danse.be