“Coriolan”, miroir d’une société consumée par l’orgueil

Jean-Baptiste Delcourt adapte et met en scène “la pièce la plus politique de Shakespeare”, avec des comédiens confirmés et émergents.

Pour les décors et costumes, Jean-Bapstiste Delcourt a voulu jouer sur la symbolique pour faire cohabiter les époques.
Pour les décors et costumes, Jean-Bapstiste Delcourt a voulu jouer sur la symbolique pour faire cohabiter les époques. ©JC GUILLAUME
Voici quelque temps déjà que Jean-Baptiste Delcourt "fantasmait un peu" sur l'idée de monter une pièce de William Shakespeare. "Shakespeare est tout le temps cité, mais il est de moins en moins monté. Ou alors, on simplifie la langue, etc., observe-t-il. Certes, il y a plusieurs raisons à cela : les distributions sont pléthoriques, ses pièces sont très longues – aujourd'hui, notre patience, notre écoute...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité