“Christophe Quelque Chose” ou le subtil alliage de la science, du théâtre et de la magie

Yvain Juillard et Christophe Iets sondent les mécaniques de la mémoire dans une pièce sonore et visuelle.

Dans un éclairage tout en clair-obscur, Yvain Juillard est Christophe Iets, chercheur neuroscientifique.
Dans un éclairage tout en clair-obscur, Yvain Juillard est Christophe Iets, chercheur neuroscientifique. ©Alice Piemme

Ancien neuroscientifique spécialisé dans les troubles de la mémoire, Christophe Iets, 42 ans, est venu, ce soir-là, présenter au public son nouvel ouvrage Christophe Quelque Chose – L'Envers du décor. Un pupitre, quelques exemplaires de son livre, un gros enregistreur à deux bandes, le voici qui entame son allocution, un peu hésitant, un peu gauche. Il explique qu'il a voulu comprendre la fabrication de notre identité intime ou personnelle. "Nos cerveaux sont remodelables en fonction de notre environnement." C'est ce qu'on appelle "la plasticité cérébrale". Pour développer son propos, il s'appuie sur le cas d'une patiente, Jeanne Licht, une ancienne actrice. À la suite d'une opération d'une tumeur au cerveau, Jeanne a perdu la mémoire. Le circuit de Papez a été endommagé : elle n'est plus en mesure de créer des souvenirs. Elle n'a, par exemple, plus accès à ce qu'il vient de se passer dix minutes auparavant. Elle s'est figée dans le passé : elle pense avoir 27 ans alors qu'elle en a… 44.

Tandis que Christophe Iets diffuse des extraits des enregistrements qu’il a réalisés avec Jeanne, peu à peu, les souvenirs qu’il a d’elle, de ce qu’il a vécu avec elle quittent le carcan de l’enregistreur pour se matérialiser sur le plateau par la présence vocale de Jeanne et immerger le public dans la réalité du passé commun de ce thérapeute et de sa patiente, qui tombèrent amoureux et se marièrent.

Si Christophe Iets a coécrit le texte de Christophe Quelque Chose avec Yvain Juillard, comédien et ancien biophysicien spécialisé dans la plasticité cérébrale, c'est bien ce dernier qui interprète, seul sur scène, le rôle du chercheur. Six ans après Cerebrum, le faiseur de réalité, conférence-spectacle sur le cerveau reconnue d'utilité publique, Yvain Juillard poursuit son exploration des processus cognitifs non conscients à la lisière du réel et de l'imaginaire, mais en jouant, cette fois, sur les codes sonores, visuels et esthétiques du théâtre.

Effets visuels épatants

Pour rendre l’illusion que Jeanne (personnifiée par la seule voix d’Agnès Berthon) émerge du souvenir de Christophe et devient réelle pour lui, un astucieux et minutieux dispositif sonore a été créé par, entre autres, les ingénieures du son Jeanne Debarsy et Hélène Clerc-Denizot tandis que les effets visuels, épatants, ont été imaginés par des spatialisateurs et des magiciens.

On regrette la lenteur de l'enchaînement du spectacle, appuyée par une interprétation trop souvent monocorde. Néanmoins, passionnante incursion dans les méandres complexes et mystérieux de notre mémoire, Christophe Quelque Chose se veut aussi didactique qu'onirique. En faisant se croiser les chemins sinueux de la science, de l'amour, du théâtre et de la magie, Yvain Juillard conçoit une performance unique qui permet à un public non-initié d'appréhender la science autrement.

--> Louvain-la-Neuve, Aula Magna, jusqu’au 29 octobre. Infos et rés. au 0800.25.325 ou sur www.atjv.be