Solo dans un silo pour mieux questionner l’amour de soi

Hypnotique, le circassien Boris Gibé interroge le vide, l’infini, l’absolu…

Solo dans un silo pour mieux questionner l’amour de soi
Un immense silo de tôle, comme surgi de nulle part, brille dans l'humide nuit de novembre. À l'intérieur, un escalier à double révolution, à la mode de Chambord, invite le spectateur à sortir de sa zone de confort, à choisir son strapontin et à plonger son regard dans le vide, le néant, l'absurde, celui que questionne dans L'Absolu...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité