Agnès la misanthrope

L’Alceste sans concession de Molière s’est mué en blogueuse critique d’art. Création acérée aux Martyrs.

Agnès la misanthrope
©Hubert Amiel
"La première fois que j'ai lu Mademoiselle Agnès, d'une traite, j'ai ri du début à la fin, confie Philippe Sireuil. À la deuxième lecture, je n'ai plus ri du tout." De l'écriture de Rebekka Kricheldorf – dont on avait découvert aux Martyrs le bijou Villa Dolorosa, monté en orfèvre par Georges Lini et une distribution scintillante, bientôt en tournée –,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité