Christos Papadopoulos, pourfendeur de perception

Christos Papadopoulos ouvre avec "Larsen C" la biennale Pays de danses. Focus grec pour l’édition 2022. Des enjeux du réel aux tréfonds de l’histoire, un art en prise sur son temps.

"Notre pire ennemi est la normalité. J'aime bien aboutir à un endroit où je n'avais pas prévu d'arriver. Toujours se surprendre, changer de direction."
"Notre pire ennemi est la normalité. J'aime bien aboutir à un endroit où je n'avais pas prévu d'arriver. Toujours se surprendre, changer de direction." ©Pinelopi Gerasimou for Onassis Stegi
Fin septembre, Christos Papadopoulos donnait au Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, en région parisienne, la première de Larsen C. Comme les précédents Elvedon, inspiré des Vagues de Virginia Woolf (ses débuts de chorégraphe, en 2015,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet