Pays de danses, de singularité, de vitalité

Du 22 janvier au 12 février, la biennale fait rayonner la danse contemporaine grecque et internationale dans la vaste région liégeoise.

Euripides Laskaridis, l'une des personnalités hors-normes de la danse contemporaine grecque, présente à Liège l'ébouriffant "Elenit", les 3 et 4 février.
Euripides Laskaridis, l'une des personnalités hors-normes de la danse contemporaine grecque, présente à Liège l'ébouriffant "Elenit", les 3 et 4 février. ©Julian Mommert

Le calendrier aura permis à la biennale d’enjamber le plus fort de la crise sanitaire. Celle-ci s’y imprime cependant, inévitablement, souligne Bertrand Lahaut, adjoint à la direction du Théâtre de Liège et programmateur de Pays de danses.

"Les artistes dressent un bilan sombre de la période, comme un miroir. Ce constat à la fois sur l'isolement croissant et sur l'effondrement de nos écosystèmes est dur mais pas rigide, et tourné vers une volonté d'engagement, de changement. On a commencé à travailler sur cette édition avant le covid ; ce n'est donc pas une ligne qu'on s'est donnée, mais l'état des lieux s'est invité dans les propositions peu à peu, au fil des mois."

Pays focus, personnalités engagées

Après la Corée, le Brésil ou le Portugal, entre autres, c'est la danse contemporaine grecque qui se trouve sous le feu des projecteurs cette année. Un choix guidé par "la qualité des créations, par des propositions engagées, singulières". Sans escamoter le contexte sociologique, économique, politique. La Grèce a plongé en 2008 dans une crise sans précédent, privant de moyens les artistes. "Des choses sont nées pourtant, une vitalité particulière."

Bertrand Lahaut rappelle le mouvement lancé par Dimitris Papaioannou, grand metteur en scène et chorégraphe pour lequel a travaillé une bonne partie des jeunes générations. Nouvelle vague grecque ? "En tout cas on peut parler de vitalité, de liberté. Des personnalités hors du commun se démarquent. Je pense notamment à Euripides Laskaridis qui brise codes et carcans en jouant avec les mythes, les masques, le conte, le théâtre, qui revisite et explose les récits."

PDD se caractérise du reste par un mélange certain de disciplines. Un choix que le programmateur assume et souhaite orienter vers la musique live. "Alors qu'on parle beaucoup de théâtre musical tant dans la pratique que dans des séminaires, etc. , je trouve intéressant de se poser cette question pour la danse, concernant la musique au sens large, du classique à l'électro." Ce fil rouge marque la prospection, déjà entamée, pour Pays de danses 2024. "Ce sera la 10e édition du festival, un jalon à marquer. On vise le 100 % musique live."

Parmi le programme abondant de l'édition 2022, notre interlocuteur épingle, outre l'ouverture par Christos Papadopoulos, la pièce fraîchement éclose de Mercedes Dassy, Ruuptuur, et la première mondiale de All Over Nymphéas d'Emmanuel Eggermont, fidèle comparse de Raimund Hoghe. "Le festival a toujours eu à cœur de mettre en avant au moins 50 % d'artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous présentons ici cette création en soirée composée avec Fruit Tree, de Lara Barsacq, qui sera artiste associée au Théâtre de Liège à partir de 2023."

Préouverture le 21 janvier avec "3 visages"

En préouverture, le 21 janvier, PDD a convié Ayelen Parolin, Thomas Hauert et Louise Vanneste, de la précédente vague des artistes associés, à proposer une courte performance chacun, en dialogue avec au moins une œuvre du Trinkhall Museum, qui abrite les collections du Créham. Baptisée 3 visages, cette soirée déambulatoire est "une manière de clôturer le parcours avec eux".

À noter encore la présentation en exclusivité belge de l'emblématique installation 100 % Polyester de Christian Rizzo, "somptueuse chorégraphie sans corps, présentée pendant toute la durée du festival".

Celui-ci s'étend dans la Province de Liège et au-delà, d'Engis à Hasselt, en passant par Marchin et Welkenraedt. Un "principe fondateur" dont Bertrand Lahaut salue "la collaboration, l'échange et le partage d'expertise".

EN PRATIQUE

  • Où : à Liège, Chênée, Engis, Hasselt, Herstal, Huy, Marchin, Verviers, Welkenraedt
  • Quand : du 21 janvier au 12 février
  • Infos, programme complet, rés. : 04.342.00.00 – www.theatredeliege.be

Sur le même sujet