Enceint de neuf mois, il pète les plombs à l’hôpital : "Je souffre terriblement ! J’ai besoin d’être informé"

Julie-Anne Roth met en scène “Birthday”, un texte drôle et féroce de Joe Penhall. À voir au Poche.

Vendredi, 17 h. Ed (Eno Krojanker), enceint de neuf mois, vient d’arriver à l’hôpital, accompagné de sa femme, Lisa (Anabel Lopez) : le travail a été déclenché pour qu’il puisse accoucher par césarienne de leur bébé, une petite fille. Cette grossesse, masculine, a été mûrement réfléchie : Lisa a donné naissance à leur premier bambin, Charly, mais, comme elle a un emploi très prenant, ils ont décidé que ce serait Ed qui porterait leur second enfant.

Le futur papa a choisi d'accoucher dans un hôpital public, au grand dam de Lisa qui garde un mauvais souvenir de ses quelques heures passées dans cette même maternité. Car ce qu'elle a enduré pour la naissance de leur fils n'a pas changé d'un iota : le personnel soignant est en sous-effectif chronique et à bout de souffle. Ce week-end-là d'ailleurs, Joyce (Nancy Nkusi), la sage-femme, et Natacha (Dominique Patuelli), l'obstétricienne, ne savent plus où donner de la tête avec les urgences médicales. Elles ne passent qu'en coup de vent dans la chambre de Ed, qui "souffre terriblement". "Ca fait des heures que je demande une péridurale !", supplie-t-il. Paniqué, stressé faute de soins appropriés et d'informations sur son état, il est à deux doigts de péter les plombs et son couple, d'imploser.

Entre la comédie et la satire

Comédie acide créée à Londres en 2012 par Joe Penhall, Birthday trouve, aujourd'hui, au Théâtre de Poche, un écho en langue française grâce au travail de traduction et de mise en scène de Julie-Anne Roth (avec la complicité de Marie Denarnaud). Sous son vernis très drôle fondé sur l'inversion des rôles – et si les hommes pouvaient porter et donner la vie ? –, le texte de Penhall charrie de profonds questionnements philosophiques, éthiques, politiques et socio-économiques : l'égalité homme-femme ; le droit à la maternité/paternité ; les violences gynécologiques ; la déliquescence du système des soins de santé ; le racisme envers les soignants…

Le spectateur rit des angoisses et déboires de cet homme qui découvre la grande aventure de l’accouchement – mention spéciale à Eno Krojanker qui incarne avec authenticité et générosité une incroyable palette d’états physiques et émotionnels –, mais est loin d’être ménagé quant à la réalité, crue, du bouleversement qui se déroule sous ses yeux.

Pièce funambule entre la comédie et la satire, Birthday jouit ici d'un souffle nouveau grâce à la mise en scène fluide et un brin décalée (les tableaux dansés offrent une jolie respiration) de Julie-Anne Roth, qui tranche avec l'âpreté du propos et du contexte hospitalier. Épurée, la scénographie d'Olivier Wiame permet, en recourant à quelques accessoires (un lit d'hôpital, une valise, un ballon…), de planter immédiatement le décor, sans étouffer le jeu des comédiens. Talentueux, ces quatre-là parviennent à conjuguer, dans leur interprétation, légèreté et gravité avec équilibre afin que Birthday se distingue certes comme une comédie, mais comme une comédie qui vient bousculer les esprits.

--> Bruxelles, Poche, jusqu’au 25 juin. Infos et rés. au 02.649.17.27 ou sur www.poche.be