Les VTS, festival à taille humaine au cœur de l’Ardenne

Concentrée sur les spectacles belges, une édition 2022 éclectique et appétissante, de Véronique Gallo à Didier Poiteaux. Directeur des Vacances Théâtre Stavelot, Serge Demoulin parcourt avec nous leur histoire, leur esprit, leurs envies.

“Notre Soleil” de et par Fran Kourouma, un spectacle intimiste et puissant le 8 juillet aux VTS.
“Notre Soleil” de et par Fran Kourouma, un spectacle intimiste et puissant le 8 juillet aux VTS.

Ce festival, il l'a connu ado. "J'y ai joué dans la pièce de rhéto quand j'étais en humanités à Stavelot", confie Serge Demoulin. Le comédien et metteur en scène connaît bien les VTS fondées par Pol Deranne l'année de sa propre naissance, en 1966.

Entre 2012 et 2014, il jouera près de 200 fois Le Carnaval des ombres, où cet enfant des Cantons de l'Est revient sur une histoire personnelle, familiale et de toute une région un temps annexée par l'Allemagne.

En 2015, il s'associe d'abord avec Patrick Donnay ("histoire de comprendre les arcanes") pour gouverner à quatre mains le festival. Depuis 2018, seul à la barre des Vacances Théâtre Stavelot, Serge Demoulin n'a de cesse de souligner le travail d'équipe – aussi petite fût-elle – et les partenariats indispensables à la survie de ce rendez-vous estival au cœur de l'Ardenne.

Non seulement sa survie mais son essor. "Dès 2017, on a planché sur le contrat-programme, pour finalement obtenir une subvention de 60 000 euros, permettant de stabiliser et de professionnaliser ce qui se veut toujours un petit festival à taille humaine et bon enfant, où on tient à proposer des spectacles intelligents, pointus mais aussi très légers pour certains." Une ligne qui, souligne le directeur, "a permis de développer un public exigeant, curieux et disponible". Dans les chiffres, la fréquentation a plus que triplé depuis 2015, passant de 1500 à 5000 entrées.

Mélange des genres

Concentrée sur les spectacles belges, l'édition 2022 des VTS n'en mélange pas moins les genres, et les personnes elles-mêmes, public et artistes, dans une atmosphère propice à la rencontre. Le lieu où il se tient n'y est pas pour rien. C'est dans le cadre aussi paisible que prestigieux de l'abbaye de Stavelot que le festival décline ses propositions, parmi trois espaces : l'abbaye elle-même (160 places), le chapiteau (450 places) et le réfectoire où se déroulent les lectures. Sans oublier l'Espace culturel de Trois-Ponts, où prend place vendredi Burning (Je ne mourus pas et pourtant nulle vie ne demeura) de Julien Fournier et Laurence Vielle. Audacieuse pré-ouverture avec cet opus où cirque, documentaire et poésie s'entremêlent pour donner corps à la funeste "mécanique crématoire" du burn-out (17/6).

Les VTS osent une pré-ouverture acrobatique, poétique et documentaire avec "Burning" de Julien Fournier et Laurence Vielle. Le 17 juin à Trois-Ponts.
Les VTS osent une pré-ouverture acrobatique, poétique et documentaire avec "Burning" de Julien Fournier et Laurence Vielle. Le 17 juin à Trois-Ponts. ©Hubert Amiel

C'est avec une star de la scène comme des réseaux sociaux, youtube en tête, que s'ouvrira véritablement le festival, le 30 juin. La comédienne, romancière et chroniqueuse Véronique Gallo déploie son dernier spectacle en date, Femme de vie, sous le chapiteau. Où il est question de se mettre à l'écoute de soi, de son corps, de la nature.

Une comédie sur la reconstruction de soi, voilà ce qu'a élaboré Jean-Luc Piraux dans Rage Dedans. Clownesque, désespéré, sur le fil (1-2/7).

La correspondance de toute une vie d'amour : c'est Love Letters, d'Albert Ramsdell Gurney, où Anne Sylvain met en scène Patricia Ide et Michel Kacenelenbogen (1/7). D'amour, c'est peut-être bien aussi et avant tout ce dont notre terre malmenée a besoin. La Cie Adoc s'empare à nouveau des transitions en marche pour Nourrir l'humanité Acte 2 (2/7).

Également enseignant, Serge Demoulin tient à offrir de la visibilité à de jeunes artistes. Ainsi pourra-t-on découvrir Viens on se tire! de et avec Céline Dupond et Pauline Serneels : marionnettes et objets, poésie et résistance (3/7). Poésie encore – signée Aurélien Dony – et mouvement et musique, avec Charlotte Simon et Jérôme Paque, dans A-vide (9/3), autre spectacle primé au Festival Courants d'Arts 2021.

De et avec Agnès Guignard et Marc Doutrepont, Hagop, un homme sans H se présente comme "un récit pour une voix, des fantômes et du son" (3/7). Et parce que les grands écarts n'effraient pas plus les VTS que la tendresse n'éclipse l'humour, voici Bourvil en toute simplicité et en chanson, par Vincent Taloche, entouré de musiciens (3/7). Tandis que l'Histoire se revisite par la force du conte sous la plume de Jean-Claude Grumber dans La Plus précieuse des marchandises, où Janine Godinas met en scène Jeanne Kacenelenbogen (4/7).

Parcours

Les VTS proposent au public stavelotain l'un des hits de la saison écoulée : Iphigénie à Splott de Gary Owen, mis en scène par Georges Lini, avec une incandescente Gwendoline Gauthier (5/7). Et l'on retrouvera avec plaisir et émotion Final Cut, enquête intime, psychanalytique, sociologique, historique de Myriam Saduis (6/7).

La création de cette édition est signée Véronique Castanyer qui, de la plume à la scène, chemine dans l'intime des humains avec Je t'aime (7/7). Parcours de vie encore avec Virginie Hocq, ou presque ! (7/7). Parcours de vie toujours avec la traversée ô combien terrifiante et bouleversante de Fran Kourouma dans Notre Soleil (8/7). Parcours chahuté, imbibé, libéré aussi en compagnie de Didier Poiteaux et d'Un silence ordinaire (9/7).

Depuis une dizaine d’années, les VTS proposent les P’tits Festarts, une journée dédiée au jeune public et aux arts de la rue. En clôture du festival le dimanche 10 juillet dès 13h sur le site de l’abbaye, elle se terminera sous le chapiteau, à 19h30, avec un concert de KermesZ à l’Est.

On notera encore qu'en marge de sa programmation, le festival propose des stages de cirque ou de théâtre pour ados. Un public principalement local suit fidèlement les VTS - avec notamment des formules d'abonnement – mais, souligne Serge Demoulin, "il y a aussi des gens qui viennent de plus loin et passent deux-trois jours dans la région", sans oublier quelques touristes que leur disponibilité d'esprit rend perméables à ce pluriel et alléchant menu.

  • VTS – Vacances Théâtre Stavelot, du 30 juin au 10 juillet à l'abbaye de Stavelot ; pré-ouverture le 17 juin à l'Espace culturel de Trois-Ponts.
    Infos, programme complet, rés.: 080.86.27.06 04.342.00.00 – www.festival-vts.net